ADHESION!!

Le GAPPALVVR en bref

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
674 Abonnés

Pour en savoir plus
+  Présentation de l'association
+ Loisirs et vie rurale en Haute Loire
+ La problèmatique environnementale
+ Le système environnemental
+ Espaces Naturels Sensible

Nos activités
+  Historique
+ Protection du patrimoine
+ Prévention des activités
+ Front de Liberation des Chemins et sentiers
+ balade

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne


Nouvelles

Assemblée Générale du GAPPALVVR - par Gérard le 01/12/2008 - 22:58

Alain FAUX, Président du GAPPALVVR et Gérard BEAUD vous convient à


Assemblée générale du GAPPALVVR

le SAMEDI 20 DECEMBRE à 20h30

au Puy en Velay.


Office des Sports - 16 rue Général Lafayette

43000 LE PUY EN VELAY



Nous souhaitons la présence du plus grand nombre d'entre vous.



Ordre du jour prévu:

   1. Bilan financier et moral du GAPPALVVR
   2. Renouvellement du bureau
   3. La mise en place de la CDESI dans le département (commission
      départementale des espaces sites et itinéraires)
   4. Le point sur la mise en place du Parc Naturel Régional Haut Allier
      Margeride
   5. Les actions 2008 du GAPPALVVR
   6. Les adhésions
   7. L'adhésion à la CORAMUC
   8. Question diverses


Nous sommes dans un comité de pilotage de Natura 2000, la CDESI se met en place, 8 interpellations de randonneurs motorisés dans le département cette année, le conseil municipal de Chaspinhac envisage une interdiction de circulation, des problèmes ponctuels avec des naturalistes, et des problèmes de pratiques très caractérisés, autant de points qui nécessitent votre engagement et votre présence.

Cordialement

Alain 06 83 79 10 00


Première expérience du maillage - par Gérard le 16/04/2008 - 00:01

Maillage

Les Deux Jean-Luc, Robert et Besseyre prennent l'initiative suite à un courrier envoyé par un naturaliste au directeur du parc Livradois Forez.
Son courrier fait état de dégradations et de nuisances sur la commune de St Didier sur Doulon.
Rendez vous est pris pour agir, trouver une solution au problème posé.

Nouvelle structure nationale: la CORAMUC - par Gérard le 09/04/2008 - 12:44

 La CORAMUC, Confédération des Randonneurs motorisés et usagers des chemins est naît.

La confédération a pour but général de développer les bonnes pratiques de la randonnée à véhicule en France dans le respect de l’environnement en milieu naturel rural. Son domaine d’action englobe le cadre de la découverte et de la sauvegarde de l'environnement, les activités de tourisme et de loisirs.

La Coramuc est une nouvelle entité, un regroupement d’associations régionales rompues à la défense des randonneurs motorisés. C’est une structure réactive et impliquée localement pour une efficacité maximale en cas de conflit. Un mélange de savoir faire et de proximité.

Sous l’impulsion de Gérard Beaud, ex-président du GAPPALVVR, de Jean Michel Couchon président de « Pilat pour tous » et de Pascal Lavenu président de Chemins Libres Auvergnats, la Coramuc (Confédération des Randonneurs Motorisés et Usagers des Chemins) est née. Pour soutenir notre droit de rouler, cette nouvelle entité nationale est prête à intervenir avec la connaissance du terrain, des élus locaux, et le soutien d’un service juridique rompu aux joutes devant les tribunaux.

Une dizaine d’associations ayant fait leurs preuves dans leurs régions se sont regroupées. Parmi elles, on compte dés à présent le GAPPALVVR (43), Rando-Crampons (87), Pilat pour Tous (42), Chemins Libres Auvergnats (63), Rhône Nature pour Tous (69), Chemins pour Tous (38), Valver (24-19, …, et autres représentants régionaux (PACA). Fédérer pour que chaque enduriste se sente soutenu par son voisin est le credo de la Coramuc qui veut associer représentativité nationale à l’efficacité régionale.

Partager le savoir faire
Leur grande expérience des joutes contre les associations « anti motorisés » ont poussé ces leaders du « droit de rouler » que sont Gérard Beaud, Jean Michel Couchon et Pascal Lavenu (parmi les 14 membres fondateurs) à se regrouper pour faire bénéficier de leur expérience au plus grand nombre. La Coramuc propose dés aujourd’hui ses services pour défendre vos droits grâce à un tissu d’entraide local. Son but est de fédérer les compétences des personnes impliquées dans les diverses associations locales de défense du droit de rouler. Toutes ces associations agissent déjà avec peu de moyens, et récoltent toutes des résultats extrêmement positifs. Regroupées au sein de la Coramuc, ces cellules se proposent de défendre les enduristes randonneurs et autres usagers des chemins devant les tribunaux. En cas de soucis, la Coramuc enverra vers vous le délégué de l’association géographiquement la plus proche de vous, et vous fera bénéficier de toute l’expérience accumulée pendant des années de lutte.
Mais défendre la pratique n’est que l’un des deux axes de l’action. Le second est de promouvoir une pratique respectueuse de la rando moto, de favoriser la cohabitation entre tous les usagers des chemins. Le but général de la Coramuc est aussi de pérenniser la randonnée dans le respect de l’environnement en milieu naturel rural. Le maillage du territoire par l’ensemble des associations fédérées place la Coramuc dans une situation idéale pour jouer les intermédiaires entre les élus et les pratiquants. La concertation et la nécessité de la collaboration avec les services d’état font partie des missions que se donne la Coramuc.

Pour adhérer à la CORAMUC: http://www.coramuc.fr



Changement de Président - par Gérard le 09/04/2008 - 12:37

Grande nouvelle!
Le GAPPALVVR change de Président

Lors de l'assemblée extraordinaire du groupement du samedi 19 avril, le conseil a nouvellement élu Mr Alain Faux comme Président.

Bienvenue à Alain, il aura la mission de succéder à Gérard qui reste au groupement comme vice Président.

Des informations vous seront prochainement données sur le site, celles ci vous présenteront le nouveau Président et les orientations à venir.


Après Solignac - par Louis le 13/12/2007 - 17:11

LIBRES PROPOS

APRES L’ENDURO NATIONAL de SOLIGNAC S / L.

          En tant que responsable de l’organisation de l’Enduro motocycliste national de SOLIGNAC S/ LOIRE du dimanche 7 octobre, je voudrais faire part de quelques réflexions et rectifier certaines déclarations mensongères énoncées par nos opposants relatives aux compétitions motos.
Tout d’abord, certains énergumènes bornés vraisemblablement issus de la mouvance verte, à en juger par la couleur des tags, se sont permis des inscriptions sur le domaine public de la route départementale n° 27 au pont de la Gagne. Si la mention concernant l’épreuve elle même reste anecdotique, en revanche, les mots injurieux et hostiles à l’encontre du maire de Solignac sont parfaitement intolérables. Cette personne, avec l’aide de son Conseil municipal, œuvre sans relâche pour le bien de sa commune, a réalisé des lotissements à usage d’habitation, entrepris l’aménagement paysager du bourg, lancé la construction d’un groupe scolaire, etc…, et cette calomnie justifierait un dépôt de plainte contre X pour diffamation.
S’agissant plus spécialement des compétitions motos, je précise qu’un enduro comptant pour le championnat de Ligue ne se déroule que sur une journée ( et non deux jours comme annoncé ), le samedi étant réservé à l’accueil administratif des pilotes et aux vérifications techniques des machines ( contrôle du bruit, des pneumatiques, etc…), avant la mise en parc fermé pour la nuit. Pour ce qui concerne l’Enduro du Touquet ( devenu Enduropale depuis 2 ans ), il est faux d’affirmer que les autorisations administratives ont été annulées. Moyennant certains aménagements du tracé évitant le secteur fragile des dunes, cette épreuve mythique s’est toujours déroulée et le troisième Enduropale/Quadruro du Touquet se disputera les 2 et 3 février 2008.
Enfin, c’est une totale désinformation qui consiste à prétendre que le fait d’organiser des compétitions dans un secteur incite tous les enduristes à venir s’y entraîner ! Notre département possède des milliers de kilomètres de chemins balisés ou non, et les randonneurs motorisés roulent habituellement dans leurs secteurs géographiques respectifs, se fondant facilement dans les espaces ruraux compte tenu du kilométrage important dont ils disposent. J’ajoute que le balisage du circuit n’a lieu que le vendredi, et que le défléchage est effectué le dimanche soir dès la fin de la course par les fermeurs , empêchant ainsi la repasse sur le tracé de l’épreuve.
          Concernant la protection de l’environnement, je considère que, sur le principe, le plan européen Natura 2000 n’était pas une mauvaise chose puisqu’il incitait les Etats européens à prendre conscience de la nécessité de sauvegarder leur patrimoine naturel. Toutefois, la France n’était pas en retard dans ce domaine, avec déjà en 2000, l’existence de nombreux parcs nationaux, régionaux et autres réserves naturelles.
Ce qui est critiquable et intolérable, ce sont les décrets d’application de ces directives avec, en point d’orgue, le sacro-saint principe de précaution qui veut que, s’il y a risque potentiel dans un domaine particulier, s’en suive la restriction ou l’interdit. En matière d’immobilisme, on ne fait pas mieux ! D’ailleurs, le président J. Barrot, commissaire européen, avait déclaré lors d’un entretien avec l’Eveil, je le cite : « Il est vrai que l’Europe est allée un peu trop loin sur des points comme Natura 2000. Elle s’est empêtrée dans les détails alors qu’il fallait se limiter aux objectifs et laisser aux Pays toute latitude sur les moyens de les atteindre ».
Un exemple : bien qu’une centaine de compétitions motos ait eu lieu en Haute-Loire depuis 1972 en avril, mai ou juin, c’est tout récemment en 2006 que la Ligue de Protection des Oiseaux a eu la révélation, ô miracle, que les oiseaux protégés ou non nichaient, pondaient, couvaient et naissaient lors de cette période. Intervention immédiate de cette association auprès des services préfectoraux aboutissant à l’interdiction d’organiser des compétitions motos en zonage Natura 2000 pendant 6 mois, du 15 février au 15 août. Bien joué la L.P.O., bien que celle-ci n’ait jamais été en mesure de quantifier les nuisances soi-disant provoquées par ces manifestations sportives de courte durée.
Il convient maintenant de s’interroger sur l’opposition, souvent virulente, de SOS Loire Vivante envers les épreuves organisées dans la haute vallée de la Loire par le Moto-club, qui respecte pourtant scrupuleusement le cahier des charges extrêmement contraignant imposé par les Services Préfectoraux. Depuis son combat victorieux contre l’ EPALA et le projet de barrage sur le site de Serre de la Fare, cette association a entrepris des actions bénéfiques pour la mise en valeur de la vallée, avec toutefois dans l’esprit des intentions évidentes de mainmise sur ce secteur. Pour mémoire, je citerais la renaturalisation du site des gravières de Chadron, et la rénovation du mas de Bonnefont entre 1993 et 2000, baptisé pompeusement « Maison de la Nature et de la Pêche ». Mais au fait, combien d’actions ont-elles été menées en faveur du sport halieutique à partir de ces installations depuis l’inauguration ??.
Au sujet de Bonnefont, qui se souvient parmi les responsables actuels de SOS Loire Vivante, que les tuiles destinées à la couverture du bâtiment ont été acheminées par les véhicules 4X4 du Moto club du Puy le dimanche 17 octobre 1993, ( lire en encart le communiqué de presse de l’époque ), en partenariat entièrement bénévole, je le souligne ; j’ai d’ailleurs souvenance d’une savoureuse collation ( avec des produits du terroir ), partagée sur le communal des Salles de St Martin dans la plus grande cordialité avec les dirigeants de l’époque. Pas beaucoup de gratitude ni de reconnaissance, Messieurs les Ecolos !!
Puis sont arrivées en 2005 les directives européennes Natura 2000 définissant des zonages environnementaux ( 21 sites en Haute-Loire ), couvrant 30% du département. Dès lors, SOS Loire Vivante et consorts se sont senti pousser des ailes et se sont attribué le rôle de « missionnaires » de la vallée, chargés de chasser et d’éliminer des « lieux saints » les enduristes hérétiques qui osaient venir profaner leurs terres ( comme au bon vieux temps des Croisades entre les 11ème et 13ème siècles ).
Plus fort, en 2006, SOS Loire Vivante n’a pas hésité à pratiquer la délation auprès de son ennemi juré l’EPALA ( devenu EPL ), en dénonçant faussement que le tracé de l’enduro traversait des terrains leur appartenant, alors que les enduros n’utilisent en liaison que des chemins. Pas beaucoup de fierté, Messieurs les Ecolos !!
Alors nous arrivons au paradoxe suivant : le rôle des naturalistes est de protéger les espèces en voie de disparition ( à l’instar du sonneur à ventre jaune ), mais dans leur aveuglement idéologique, ils sont devenus les pires prédateurs d’une espèce en danger, je veux parler du Motard Casqué à Tétines Noires. Mais, rassurez vous, c’est une espèce endémique au département, qui a la vie dure et qui fera face à leurs gesticulations médiatico-politico-juridiques habituelles, ainsi qu’aux méfaits d’une récente Circulaire assassine.
Par ailleurs, pour éviter tout effet de surprise à nos opposants, je peux annoncer d’ores et déjà qu’il y aura en 2008 sept enduros en Auvergne, dont 3 Championnats de France.
Enfin, puisque le Moto club du Puy est depuis 1993 « partenaire non privilégié » de SOS Loire Vivante, quelques dirigeants du club assisteront, pacifiquement et sans esprit polémique, aux travaux de l’Assemblée Générale ouverte à tous de cette association. J’ose espérer qu’un accueil, sinon chaleureux, du moins emprunt de courtoisie, sera réservé à cette délégation.



      Louis Leturc


Vice président Ligue Motocycliste Régionale d’Auvergne
Président du Comité Motocycliste Départemental
Président du Moto club du Puy-en-Velay

L'Aspap communique (Ours des pyrénées) - par Phil le 06/11/2007 - 17:37

 

L'Aspap communique - 22 octobre 2007 – Compte rendu - Cour d'appel de Toulouse.
Foix, le 24 octobre 2007

Le jugement mis en délibéré au 26 novembre 2007
La solidarité comme antidote à l'avidité financière du Maire-d'-Arbas-Président-de-l'-Adet.

 Les platanes de la place du salin, devant la cour d'appel de Toulouse ont résonné des applaudissements des opposants au plan ours venus encourager les 10 d'entre eux poursuivis en appel par la mairie d'Arbas pour avoir manifesté dans leur commune en avril 2006. La commune persévère dans ses demandes de réparation, 37.900 €, que lesjuges avaient ramenés à 4.900 € en première instance.

Souriants, responsables et solidaires, les 10 ariégeois avaient glissé, on ne sait jamais, un petit paquet de sel dans leur poche gauche, "pour éloigner le mauvais sort" comme on le fait dans nos vallées. Sur le parvis du tribunal, sympathisants et responsables ont pris la parole pour raconter leur refus de voir les Pyrénées devenir un sanctuaire dédié aux ours et aux loups, dont les hommes seraient exclus. Philippe Lacube, de l'Aspap, a rappelé comment le milieu pastoral est l'acteur principal de la protection de l'environnement et du développement de la biodiversité dans les Pyrénées.

Charles Acap, trésorier d'un Groupement Pastoral qui a subi 9 attaques cet été, sur troupeaux gardés, a expliqué comment son association, gestionnaire d'une estive, finance l'amélioration du milieu et du bâti en montagne (sources, cabanes ...) par les cotisations des éleveurs et les emprunts. Et comment tout ce travail est remis en cause par la présence de l'ours, qui déprécie tellement son estive que personne ne voudra y monter, menant le groupement à la faillite et privant d'avenir le secteur délaissé. Se sont ensuite exprimés chasseurs, bergers, jeuneset anciens comme Norbert Cazanave, 76 ans, qui ne comprend pas que Paris impose des ours aux Pyrénées, sans s'en garder ... pour l'Elysée.

De nombreux élus ariégeois sont venus apporter leur soutien,  et rappeler comment depuis le niveau local jusqu'à l'association nationale des élus de montagne, ils le mettent activement en oeuvre. Citons Augustin Bonrepaux, président du conseil général, Frédérique Massat et Henri Nayrou, députés, et Robert Zonch notamment, confronté à l'arrivée de l'ourse Hvala et ses 2 oursons surle Castillonnais.

Pendant ce temps, à l'audience, notre avocate démontait une à une les attaques de la mairie d'Arbas, et démontrait comment le premier jugement, déjà sévère, correspondait mieux à la réalité des dommages. La voracitéfinancière de François Archangéli, Président de l'Adet, outil-business très lucratif du "pays de l'ours" qui n'a pas d'ours, arrogance suprême, donne une raison de plus ne jamais abandonner les Pyrénées aux promoteurs de "l'écologie de marché", par tous les moyens, sur tous les terrains.

Le jugement est en délibéré jusqu'au 26 Novembre prochain. En fin de journée, de bonnes nouvelles devaient arriver d'Auch, où nos représentants participaient à la consultation régionale du Grenelle de l'Environnement. Ils nous rapportaient à la fois une écoute attentive à nos propositions pour une biodiversité à visage humain, et les applaudissements de l'assemblée à destination des 10 ariégeois lorsque nos représentants ont évoqué notre cause, et leur sort.

La présence importante des médias à nos deux rendez-vous démontre elle aussi que notre combat interpelle. Et qu'Arbas, même si nous en payons le prix fort, était nécessaire pour que l'on nous entende d'abord, puis qu'on nous écoute. Comme les juges à l'intérieur du tribunal, le grand public se pose des questions : mais comment ces travailleurs de la montagne en sont venus à jeter du sang de brebis sur une mairie ? Comment les Pyrénéens, qui ne manifestent jamais, se retrouvent t'ils 5.000 à Bagnères-de-Bigorre ? Des français qui luttent avec autant d'acharnement pour protéger leur emploi, leur cadre de vie, le patrimoine de plusieurs générations avant et après eux, cela n'est pas si courant.

C'est sous les huées des manifestants que François Archangéli est sorti de l'audience, une réponse claire à ses utopies de « nouveau dialogue »… accompagnées d'assignation en justice et d'appel à de nouvelles introductions à Arbas. L'harrmonica rassembla alors autour des prévenus fatigués, mais heureux d'en avoir terminé, nos voix pour un vibrant « Montagnes Pyrénées » dont les couplets chantent l'histoire d'amour millénaire entre l'homme et la montagne, …et dont le refrain clame « halte là ! Les montagnards sont là ».


Pauvre de nous - par BB le 03/05/2007 - 18:29

Pauvre de nous
Ainsi donc Moutain Wilderness est venu au Mézenc porter la bonne parole !
Pauvres bougre de nous autres ! Nous vivions dans les ténèbres ! Nous avions un magnifique massif et nous ne le savions pas, qu'est ce qu'on est con ! Sans ces braves gens de la ville, ont auraient bien continué à pisser par terre, sans précaution !
Heureusement il y a MW comme on dit, c'est des gens qui savent de quoi y causent, ils y sont allé, eux dans l'Himalaya, dans les Andes et plus loin encore, expliquer au autres ignorants de la planète, que sans les bonnes méthodes MW, sans les guides MW point de salut !
Quel plaisir de voir enfin des gens évolués, des gens qui de loin ont déjà pensé à tout pour nous, comment doit'on se déplacer dans nos chemins, comment s'organiser pour nos loisirs, quels sont les bons loisirs, quel sont les mauvais, comment dénoncer les mauvais collaborateurs, comment vivre pleinement sa montagne dans le respect de leurs valeurs.
Tout cela est bel et bien beau, un avenir riant s'ouvre à nous, nous sortons de l'ombre, de l'obscurantisme.
Rappelons-nous tout de même ceci. Au début de la coloni… pardon, la découverte, de l'Afrique, les bons missionnaires ont convaincu les autochtones qui jusque là vivaient tranquille, que vivre à poil c'était pas bien, que faire une petite prière pour la pluie c'était nul, et que de pas suivre leur mode de vie était rétrograde et valait bien quelques bons coups de fouet.
Pour preuve de notre entière collaboration nous attirons l'attention de MW sur la construction récente d'une ligne de chemin de qui traverse le Tibet à plus de 5000 d'altitude, le gouvernement Chinois qui a organisé la construction de cette balafre, n'a apparemment pas été contrarié un seul instant pour ce généreux projet, seul quelques pauvres habitants, gardiens de Yak on timidement manifesté leur mécontentement. Des spécialistes du maintien de l'ordre dépêchés sur place les ont prestement convaincu de leurs errances intellectuelles et de leur dangereux divisionnisme anti-révolutionnaire et tout est rentré dans l'ordre.
Ils étaient bien seul ces jours là les Tibétains, sur leur plateau battu par les vents, point de missionnaires MW à l'horizon, peut être étaient 'ils occupés loin de là en France, à courir quelques enduriste ou à manifester contre le passage d'un de ces terribles 4x4 dans un chemin boueux du massif central. On ne peut pas être partout…!
BB

PNR en Auvergne - par Gérard le 31/03/2007 - 07:25


De nouveaux PNR en perspective en Auvergne

Sur le site de France Nature Environement:

Comptant déjà deux parcs naturels régionaux, la Région Auvergne travaille sur quatre projets.


Le plus avancé est celui de la vallée du Haut-Allier et des monts de la Margeride (61 communes de Haute-Loire et 12 du Cantal sur un total de 125) puisque la Région a défini un périmètre qu'elle a proposé à la validation aux autres régions concernées, à savoir le Languedoc-Roussillon et le Rhône-Alpes.

Pour l’Aubrac (11 communes du Cantal), la Région est favorable à la mise en place d’une étude permettant de définir un périmètre, les enjeux associés et l’opportunité d’une candidature.

En ce qui concerne le massif du Mézenc (15 communes de Haute-Loire), la Région envisage son rattachement au PNR des monts d’Ardèche (Rhône-Alpes).

Enfin le projet de création d’un PNR inter-régional sur les monts de la Madeleine (15 communes de l’Allier) semble moins justifié aux yeux des deux régions Auvergne et Rhône-Alpes qui estiment que ce territoire n’a pas le niveau de patrimoine requis pour justifier une telle demande.


Table ronde de Mountain Wilderness - par GRIS GRIS le 31/03/2007 - 07:23

Les Estables

Samedi 24 Mars

Mountain Wilderness a choisi de tenir son assemblée générale au cœur du plateau du Mézenc, aux Estables, en Haute Loire, et nous invitait à participer à une table ronde « espaces protégés ».

Ainsi un peu moins de cinquante personnes se sont retrouvés face à 6 intervenants, le président de MW fraîchement médaillé de la légion d’Honneur à la demande du MEDD (s’il vous plaît) ont été accueilli par le Maire de la commune avec beaucoup de convivialité, le staf de MW présentait les intervenants du jour. Le premier fût Mr Coquillard, directeur de conservatoire, qui faillit endormir l’auditoire en parlant du lien entre développement territorial et espace naturel. Ensuite Mr Arnou Vice Président du PNR des Monts d’Ardêche se présentant comme « politique » expliquait le pourquoi du Parc en traçant un historique intéressant expliquant que nous étions passé de la sur-occupation en 1860 avec ses mesures draconiennes de préservation (quotas d’animaux, suppression des sectionaux, ) à l’abandon suivi des feux de forêts et de landes. Il concluait en donnant la logique d’aujourd’hui : une belle montagne entretenue et aménagée raisonnablement (muret, moulin, châtaigneraie, …) et non un espace sauvage.

MR Bernard, directeur du PNR des Monts d’Ardêche reprenait en parlant de reconquête de la nature car sur leur territoire il n’y a ni surfréquentation, ni surexploitation. Le PNR est un outil fédérateur de gestion des territoires qui n’a pas de pouvoir sinon celui qui concerne l’accés et la circulation. Devant le réaction jouissive d’une poignée de personne, celui-ci s’engageait sur la pente démagogique en précisant que les sports motorisés était interdit sur les sentiers mais qu’on ne pouvait s’opposer à l’interdiction sur les voies goudronnées. L’exemple du Rally de Monte Carlo était avancé par l’auditoire, les uns disant qu’ils avaient réussi à rejeter l’épreuve hors du parc du Vercors récemment, après qu’il l’eu été précédemment dans le Mercantour ! Mr Bernard continuait alors, fort de l’appui en lâchant « si on s’oppose en Ardêche, on se mettra la population à dos » … « mais il faut faire comprendre au préfet fraîchement arrivé qu’à l’avenir, ça doit changer car nous sommes dans un parc ». Ensuite celui fit part de son intention de créer des réserves et s’appuyer sur le pole d’excellence rurale pour élargir leur champs d’actions. Pour finir, il indiquait l’existence de 10 PNR dans le Massif central constituant, de fait, le plus grand espace d’Europe.

Après cela, Mr Meignen directeur ONF, ancien directeur du parc du Mercantour, faisait état de l’empilement de structure, Notion de Pays, Réserve, Parc Naturel, Parc Naturel Régional, PER, ZNIEFF, etc soulignant les difficultés de gestion cohérentes.

Le débat posé sur le thème des espaces naturels, les procédures de gestion et la dynamique environnementale menait l’auditoire à la parole. C’est ainsi qu’un représentant de l’association haute terre vivante (association locale nouvelle « ? ») annonçait déplorer le manque de lien entre les décisions et les actions, que sur le terrain rien n’arrivait, que la connaissance et l’information n’arrivaient que rarement aux habitants concernés…

J’intervenais ensuite pour souligner la différence de perception de la nature, notamment celle qui existe entre espace naturel et milieu rural puis sur le problème de redondance des systèmes de gestion face au plus gros employeur du département qu’est le conseil général …

On me répondait que l'on n'aimait pas opposer les citadins aux ruraux sur ce sujet, pour le reste, si le constat de le redondance et de l'incohérence de continuité de territoire dans la gestion est approuvé, il n'en reste pas moins une garantie de gestion(sic!). En clair, on fractionne les territoires pour les rendre "gérables".

La suite du discours entre les participants ressemblait à une discution de comptoir, sans réels vecteurs d'idées...

Bilan: MW s'auto invite à la table des gestionnaires en associant le maire des Estables, le directeur du parc naturel régional des monts d'ardêche, le vice président de ce même parc, le directeur du conservatoire. A noter l'absence des associations naturalistes de la Haute-Loire (écartées volontairement, ou volontairement absentes, ou pas interréssées,...?).

Il n'en reste pas moins qu'ls s'agit d'une poignée de "cérébraux", campés sur les principes et déterminés dans leurs objectifs avec leur 1300 membres et leurs 170000€ de bugdet (1/3 cotisations; 1/3 prestations pour les administrations, 1/3 de subventions); 3 salariés à plein temps.


Invasion du Mézenc - par Gérard le 24/02/2007 - 09:21

Les étrangers nous invitent chez nous!

Comme à chaque fois, leur débat est organisé à fins utiles, ainsi ces nouveaux prédateurs entrent en scène.
Ils invitent que les personnes qui sont susceptibles de leur donner l'importance et la participation, les financements etc qu'ils recherchent.
Ainsi, le document (10000 exemplaires, qui finance?) est déjà prêt, la messe est dite!
Pour vous faire avaler tout ça,
un apéritif avec dégustation de produits régionaux.
Jugez plutôt:

Mountain Wilderness a le plaisir de vous inviter à une table ronde sur les espaces protégés (Parcs nationaux, Réserves naturelles, Natura 2000, Parcs naturels régionaux,...) et leur articulation avec des politiques de développement local (Pays, Contrats de territoire, Pôle d'excellence rurale, ...).
L'objectif étant de présenter, avec des intervenants qualifiés, les différents types de protection de la nature qui existent en montagne, en précisant leurs missions, et en analysant la capacité des territoires à se les approprier.

Pour faire le tour du sujet et permettre un débat fécond, les intervenants seront diversifiés : des professionnels de structures de protection, avec un représentant de Réserve Naturelle et un représentant des Parcs naturels régionaux des Monts d'Ardèche et du Livradois-Forez, des élus du territoire et des responsables associatifs. De nombreux invités dans la salle enrichiront les discussions.

La table ronde démarrera par une présentation de la problématique, un tour d'horizon synthétique des différents statuts de protection et de démarches territoriales, puis une intervention introductive de chaque intervenant ; une bonne heure sera alors consacrée aux questions et débat, enfin chaque intervenant disposera de quelques minutes pour clore la table ronde.

Par la suite, et pour retranscrire les apports de cette table ronde, seront réalisés, d'une part un document de sensibilisation grand public (10 000 ex) qui fera état des objectifs des différents types de protection, et d'autre part un dossier de notre revue (3 500 ex) qui fera une analyse plus fine des enjeux et difficultés que peuvent rencontrer ces politiques.

Cette table ronde se déroulera le Samedi 24 mars 2007 de 15 h 30 à 18 h 30, à la salle polyvalente de la mairie des Estables (Haute Loire) sur le plateau du Mézenc.

A l'issue de cette table ronde, il sera offert un apéritif avec dégustation de produits régionaux.

Contact presse : Vincent Neirinck / Cecile Arrigo
france@mountainwilderness.org
Tél : 04 76 01 89 08

On peut se poser la question, pourquoi Mountain Wilderness vient en Haute Loire alors qu'il existe une nuée d'associations naturalistes très actives sur notre département ?
Comment imaginer que ces associations n'est pas communiqué entre elles alors qu'elles collaborent sur le plan national  main dans la main ?
Sommes nous trop suspicieux alors que de braves gens viennent sauver, tels des messies, le massif du Mézenc?
Comment vont-ils faire? Petit panneau liberticide par ci, petite plaquette par là? Imposer leur présence dans les conseils? Juger, ce faire les procureurs de la bien séance, du bon comportement, des bonnes pratiques?
Quels sont ces missionnaires des temps modernes?

Soyons au débat pour le savoir.






Tract chemin de la compagnie - par Gérard le 19/02/2007 - 19:37



tractchemin.jpg

Quand la pluie nettoie un peu la connerie des hommes...

destruchemin1.jpgdestruchemin2.jpg


Chemin de la compagnie - par Gérard le 09/02/2007 - 08:55

Mercredi 7 février, nous avons tenu réunion avec nos compagnons de combat dans l'affaire du chemin de la Compagnie. L'Association de Défense du Bassin de Paulhaguet, l'association pour la valorisation du patrimoine dans le bassin de Paulhaguet, le comité local environnement et paysages de Frugières le Pin nous ont aidé et soutenu dans notre action pour conserver le chemin. L'affaire n'est pas close, nous continuons ensemble par la voie juridique, un recours est en cours.

Malheureusement, le chemin est en grande partie détruit, on constate d'ailleurs des effondrements de la route, c'était prévisible, nous l'avions dit mais les sourds n'entendent pas!
Les spécialistes annoncent qu'aucun grumier ne pourra s'aventurer sur cette piste, les risques d’affaissement sont trop grands. Quel gâchis !



De même que Napoléon avait pour habitude de confier royaumes et possessions à ses proches et autres valeureux maréchaux, quelques hoberaux de province, plus près de chez nous, tentent de faire perdurer cette pratique. Certes, dans le cas qui nous concerne, l’Oisillon ne sera pas Roi de Rome (ils ont déjà eu Néron, épargnons les !), mais tout est fait pour le placer, non à la hauteur de ses capacités, mais à celle des ambitions du proconsul qui le verrait bien, pense-t-on, au marquisat de Chavaniac.
De même ce courageux grognard, rescapé de la retraite de la Garnassoune, se voit honoré par le prestigieux domaine du ‘’Foyer de ski de fond ‘’ à Chastenuel. Les précieux services rendus valent bien quelques arpents de neige, pour peu qu’elle tombe enfin.
Imaginons pour finir le chemin de la compagnie élevé au rang de boulevard des maréchaux , un arc de triomphe érigé au carrefour de Pouzols, à mi-chemin entre Jax et Josat , entre Capitole et Roche Tarpéienne
La voie du sacre (et non la voie sacrée) est ouverte …. mais la route sera longue et, de même que Bonaparte, artilleur de formation, ne l’ignorait pas, l’important est de toujours être à l’affût d’un canon. La leçon est retenue.

Nota : toute ressemblance avec des personnages vivants ou ayant existés ne pourrait être que fortuite.

CC de Paulhaguet et la TG - par Gérard le 30/01/2007 - 09:24

Le président peut se vanter d'avoir détruit le chemin de la compagnie et d'en faire étalage dans ces voeux!
Un élu qui joue la provoque, bel exemple de sérénité!

Voeux-CC-paulhaguet.jpg

Lundi 27 janvier 2007

Info importante concernant la communauté de communes :

La trésorerie générale a informé les maires du canton réunis mardi dernier

que la communauté de communes n’était plus autorisée à effectuer d’emprunt.

La communauté de communes a de grosses difficultés financières…

et va avoir des problèmes pour régler les factures à venir.

Le 13 novembre lorsque nous avions abordé ce problème avec le préfet,

il nous avait dit qu’il allait regarder de près la situation financière

de la communauté de communes.

Faut-il voir dans cette décision une première réponse de l’administration ?

Autre point : La Montagne de ce jour relate la réouverture

du Foyer de ski de fond de Chastenuel.

Celles et ceux qui ont participé à la « sacrée soirée » du 7 novembre 2005

lors du conseil de communauté un peu houleux à Paulhaguet

apprécieront le choix du responsable de l’accueil…

comme quoi, le monde est petit !!!

Indication pour celles et ceux qui donneraient leur langue au chat :

ce monsieur était ce soir là, le chef des 4 vigiles

recrutés par M Di Giambattista fils

pour assurer la sécurité lors de ce conseil de communauté.


Lettre à Mr le Préfet - par Gérard le 27/01/2007 - 19:04

Groupement d’Associations pour la Protection et la Prévention des Activités de Loisirs Verts et de Vie Rurale.
Mairie de LANGEAC
43300 LANGEAC
 
PREFECTURE DE LA HAUTE LOIRE

Monsieur Le Préfet
M. Christophe MIRMAND

Objet : Ecologie et démocratie durable :

Langeac le 16/1/2007

Monsieur le Préfet,

Notre association regroupe un ensemble de pratiquants de loisirs verts, des randonneurs pédestres, équestres ou motorisés, des kayakistes, pratiquants de l’escalade, chasseurs et pêcheurs, cueilleurs de champignons représentés par une association ou à titre individuel.
C’est au titre de défenseur des randonneurs motorisés que nous intervenons.



C’est la colère et l’indignation qui nous amènent à vous écrire.


En Avril, sur votre invitation pressée par la demande expresse des associations qui se réclament de l’écologie nous avons rencontré vos services administratifs en préalable à la demande d’autorisation de l’épreuve sportive de Solignac sur Loire organisé par le moto-club du Puy en Velay.

Cette rencontre placée sous l’assurance de la conciliation nous a montré à quel point la mauvaise foi de nos détracteurs peut s’étaler au sein même de la Préfecture.

N’en doutez pas car ceux-ci ont été capable de bien pire en menaçant la Préfecture de saisir de la cour de justice Européenne. Argumentant sans qu’aucun de nos services ne soit capable ou ne leur demande la moindre parcelle de preuve, votre administration accorde à des gens, au discours radical, « le bon dieu sans confession » en les plaçant sans hésitations et de fait, dans le rôle de procureur.

Pourquoi vos services n’ont pas apprécié les concessions importantes de l’organisateur, le tracé maintes fois remanié, changé sur près de la moitié de sa longueur, des aménagements, des ponts pour les traversés de ruisseaux, une mise à disposition de moyens pour montrer et vérifier les choix et les solutions de préservation, …. ?

Pourquoi vos services ne se sont pas joints à nos interrogations lorsqu’on demandait (en vain !) de connaître le dérangement (!) sur la faune et la flore, de caractériser, quand il existe, l’impact pour qu’on puisse le minimiser ou le supprimer. ?

Pourquoi vos services ne tiennent pas compte de l’avis des gens du terrain et des élus qui donnent leur accord et qui sont responsables aux vues de leurs administrés ?

Pourquoi vos services ne prennent pas en compte le fort historique de ce type de manifestation depuis
30 ans ( !) en Haute-Loire pour juger de son impact véritable ?

Pourquoi vos services ne s’opposent-ils pas à l’ingérence des écologistes, pourquoi sont-ils systématiquement invité à toutes les réunions ou des décisions se prennent, pourquoi vos services les mettent face à nous en position d’opposition à 5 contre 1 ?

Pourquoi, lorsque nous sommes invités à vos réunions, vos services nous cantonnent au de rôle de faire valoir sur des projets depuis longtemps « ficelés », pourquoi sommes nous écarté des réunions natura 2000 depuis le début si nous avions un impact sur l’environnement ?

Pourquoi vos services invitent systématiquement les associations naturalistes à valider les choix qui nous concernent et qui vous incombent ?

Pourquoi nos actions de protection de l’environnement et du patrimoine ne trouvent pas d’échos dans vos services, mais de l’opposition ?

Pourquoi entendons-nous dans la bouche de vos responsables : « les temps ont changés ! »



Toutes ces questions trouvent deux réponses :

1. D’abord parce que nous sommes régalien et respectueux de l’autorité de l’état, accordant notre confiance à vos services sur l’idée qu’on se fait de la fonction d’état, de son équité et de son impartialité.

2. Parce que les écologistes font la loi à la préfecture, à la DIREN et dans bien d’autres services administratifs. Devenus maîtres du chantage, de la manipulation de l’information, des médias, ils interprètent les textes, les façonnent, les prédisposent à leurs intérêts.


Parodie de réunion où on invite le seul maire de Haute-Loire à s’être engagé au coté des naturalistes, celui ci pris à partie lors de la réunion annuelle de fin d’année des maires du département lorsqu’il a insidieusement introduit sa problématique, celui qui écrit un article sur notre manifestation avant que celle-ci ait lieu ! Vos services le désignent comme représentant des maires de Haute-Loire, éloquent non, comme collaboration ?

Simulacre de réunion quand on sait que la réunion qui suit est celle dédiée à satisfaire l’appétit vorace et insatiable de nos détracteurs.

La préfecture a préparé l’autel du sacrifice avec zèle, répondant à une fascination malsaine d’une petite poignée d’individus, activistes naturalistes missionnaires introduits. Elle nous condamne sans autre forme de procès, convaincue que ce souffle environnemental sera la doctrine de demain.

Vous permettez à nos détracteurs d’atteindre leur premier objectif, celui de la discrimination.

Il s’agit de notre discrimination, celle d’une qualité de gens enracinés depuis des générations, celle d’une ruralité, celle d’une vérité pragmatique qui ne vit pas de circonstances et d’opportunités mais d’authenticité. Si nous défendons un loisir aujourd’hui, nous combattons avec certitude un colonialisme et une idéologie qui se dévoilent furtivement dans ce combat.

Vous ne pouvez croire ces missionnaires qui nous accusent de détruire le cadre de vie de nos enfants, vous pouvez croire ces adeptes du mépris et de la haine, qui nous traitent de pédophiles de la nature, ceux qui nous considèrent comme des ignares, des incompétents, des imbéciles, ceux qui nous condamnent pour exister aux yeux de la masse de gens qu’ils dupent.


Comment croire à leur efficacité, quand on évalue le résultat de leurs actions environnementales ? Comment croire à leur sincérité quand le constat montre, en substance, leur voracité et leur existence subventionnée ?

Comment comprendre qu’ils restent sagement prostrés face aux destructions engendrées par les bulldozers, les murets ensevelis, l’érosion engendrée,… ?

Comment comprendre pourquoi vous ne leur demandez jamais aucun compte, pourquoi le résultat de leurs actions n’est jamais vérifié, pourquoi leur efficience n’est jamais étudiée ?
Comment comprendre que ces « écolos » se contentent que de si peu en matière de résultat sinon celui de gagner en prérogatives, en acquisition et en gestion des territoires ?
Comment comprendre alors leurs messages méprisants, dénonciateurs, provocants dans l’écrin nacré
de leur face nature, petite fleur, oiseaux, fragilité, … ?

En vous asservissant à leurs exigences sous le contrôle conscient des services auxquels vous vous rattachez, dans la crainte leurs influences médiatiques et de leur pouvoir de nuisance, vous devenez ainsi l’objet résultant d’un deuxième objectif. Vous céderez à nouveau, consciemment ou pas, car il n’y a aucune raison pour que ce processus s’arrête après nous avoir fait disparaître.

De plus en plus de personne sont conscientes de ce constat, de ces choix, nous avons déjà montré et démontré ces faits et actes, nous continuerons à le faire tant que cette désastreuse vérité s’imposera.

Nous ne pouvons nous conformer à ces ingérences et ces exigences tant que nos questions restent sans réponses, tant que la loi sera violée et manipulée par les interprétations tendancieuses sous couvert de l’administration. Nous sommes prêts à nous engager dans ce combat juridique puisque vous nous y invitez. Vos choix créent une sanctuarisation de notre espace naturel et condamnent des activités préexistantes depuis 30 ans et vous donnent, sur la base d’un développement non normatif, le rôle d’un juge qui s’appuie sur un dossier à charge sans éléments de preuves tangibles.

Les équilibres précaires sont difficiles à rétablir, vous n’êtes pas sans ignorer que nous contribuons, autant que nos moyens nous le permettent, à garantir le respect de la loi et la tranquillité publique. Nous sommes aussi les principaux vecteurs de sensibilisation et d’amélioration des pratiques en matière d’environnement, les progrès sont réels et nos objectifs sont clairs en matière de respect de l’environnement.

Nos actions de prévention ne doivent pas s’effacer au profit d’actions revendicatrices, d’actions judiciaires, de manifestations, et autres actions de pression c’est pourquoi nous vous demandons de répondre à toutes nos interrogations dans une audience que vous voudrez bien nous accorder.


Restant à votre disposition, soyez assuré, Monsieur le Préfet, de nos respectueuses salutations.

En copie à Mrs
- Le Vice Président du Sénat Adrien Gouteyron
- Le Sénateur Jean Boyer
- Le Député Jean Proriol
- Le Député Laurent Wauquiez

M Gérard Beaud

Président du GAPPALVVR


Rencontre avec Mr le Préfet - par Gérard le 17/11/2006 - 10:16

Lundi 13 novembre nous avons rencontré Mr le Préfet au sujet du chemin de la compagnie et des problèmes posés par les choix et décisions de la communauté de communes de Paulhaguet.
Celui-ci nous a écouté avec attention sans toutefois chercher à nous leurrer avec un discours démagogique. Aprés notre exposé des cas répétés d'illégalité et de méthodes peu démocrates, monsieur le préfet nous a clairement dit que le rôle de ses services n'était pas de juger de l'opportunité des démarches mais de leur légalité, et qu'en la matière, la notion d'illégalité était souvent liée à une interprétation du droit et trés difficile à démontrer, plus particulièrement dans le cas d'un recours en référé. Cela dit, le jugement sur le fond subsiste et reste à l'ordre du jour.
Le rôle que nous jouons, associations engagées dans cette affaire, est celui de révélateur des dysfonctionnements de la vie et de la gestion des communes, nous sommes les clignotants mais pas les gardes fous!

Nous avons était condamné dans le recours contre la communauté de communes de Paulhaguet à 500 € pour frais de dossier.
Nous faisons appel à notre contribution, même les petites sommes seront les bienvenues!

Dons à envoyer à Mme Jacqueline Combette Le Monteil 43300 Mazeyrat d'allier

Merci


Manif - par Gérard le 14/10/2006 - 08:37

 Appel à la mobilisation pour le coup d'envoi.   Alors que les khmers verts prétendent dicter leur loi au premier constructeur automobile Français ; que leurs "casques verts" menacent d'envahir les stands 4x4 du Mondial de l'Auto ; que d'autres groupuscules intriguent à Bruxelles pour transformer les zones Natura 2000 en sanctuaires (les loisirs, mais également les compétitions d'enduro et de quad sont particulièrement visées) ; les candidats à la prochaine présidentielle jouent à "plus écolo que moi tu meurs".   Comment pourrions nous laisser la nécessaire protection de l'environnement se résumer à cette politique du bouc-émissaire ?   Car c'est bien de ça qu'il s'agit.   En effet, nous aussi, nous aimons la nature et la préservons ; nous aussi nous aimons la découvrir par les chemins de campagne. Nous aussi nous... utilisons des véhicules à moteur, comme 30 millions de français !   C'est pourquoi, plus que jamais, nous devons montrer que nous ne sommes disposés à sacrifier ni notre liberté de circuler, ni notre passion.   Nelly Olin, en faisant le jeu des écologistes radicaux, a permis de dresser une fraction de nos concitoyens contre nous. Mais elle a aussi provoqué un rassemblement sans précédent, à part peut-être contre Lalonde en 90.   Cet afflux d'adhérents et de bonnes volontés nous donne aujourd'hui des moyens pour monter des projets constructifs : maillage, observatoire de la fréquentation des chemins, actions de sensibilisation et bien d'autres idées encore.   Pour nous permettre d'avancer, ce rassemblement doit forcir encore !   Nous comptons donc sur vous pour rejoindre dans quelques heures une des 9 villes suivantes : Dijon, Compiègne, Besançon, Rouen, Nantes, Nancy, Charleville-Mézières, Valence, Strasbourg.   Vous trouverez les détails, ville par ville, sur le forum : http://www.codever.fr/forum/index.php?act=ST&f=36&t=743&st=0#entry6346 Vous pouvez également y télécharger tracts et affiches.   Des convois sont prévus au départ de plusieurs villes. N'hésitez pas à les rejoindre.   S'il n'y a pas de manif dans votre région, vous serez les bienvenus à la manif la plus proche, ou lors des manifs du 21. Parfois des animations spéciales sont prévues.   Faites passer le message autour de vous : notre liberté de circuler est en jeu !   Comptant sur vous tous.   Charles Péot Porte-parole du Codever Délégué pour la région Centre Email : charles.peot@codever.fr Mobile : 06.09.02.77.61 Fax : 01.47.74.72.26 www.codever.fr

Tout n'est pas fini! - par Gérard le 30/09/2006 - 18:35

Dernière nouveauté!

Aprés avoir encaissé le revers du référé suspensif, nous aurions pu croire que la dernière carte était joué. Mardi, nous avons appris que nous étions débouté. Aprés avoir passé une partie de la soirée (et plus) à relire le droit administratif et les particularités de la jurisprudence, nous avons rédigé un deuxième référé suspensif envoyé en express mercredi matin.

Bonne nouvelle, le nouveau référé n'a pas été débouté, donc tout n'est pas fini!
Nous allons donc nous retrouvé à l'audience à compagnie de DG pour défendre notre chemin.

Restez vigilant, soyez prêt à vous mobiliser pour être sur le terrain!

Adieu chemin - par FB le 27/09/2006 - 17:30

Rien n'est pire que la bétise, la fierté imbécile appelle la correction!

Mouvelles du front par F B

Mercredi 14/09...un bulldozer trace à travers bois pour rejoindre le chemin de la compagnie..le carnage est énorme! Dimanche 24...la forestière est proche du terrain des Facy (qui ne sont pas encore indemnisés!)...nous posons un panneau pour leur interdir l'accès...ils ne leur reste plus que 100 mètres à parcourir...et leur intention n'est certainement pas de s'arrêter là!! Lundi 25...au matin, le bull se retrouve confronté au panneau ... Di Giambattista rapplique avec ses acolytes, (hips!)...fin de journée, le bull finit les 100 mètres et s'arrête au panneau Nous décidons alors une mobilisation pour le lendemain... mardi 26..7h30 du mat'....nous sommes donc six reunis pour défendre le petit bois qui sépare le chemin de la forestière!..le bull arrive accompagné d'une pelleteuse!!.. Les machines s'activent devant nous..ravageant un petit sentier de travers et taillant en pièce les quelques arbres qui restaient là...au bout d'une demi-heure ,les ouvriers bien gênés par notre présence,et certainement à court d'idées pour s'occuper ..stoppent le travail..(mais pas les moteurs!)..ils discutent entre eux et restent à distance Après 1h de gazoil distillé dans l'atmosphère,une petite troupe se présente face à nous : deux gendarmes, les maires Di Giambattista ,Fraisse et Ludon,un roquet de L'ONF et deux trois autres inconnus.... <> précisons-nous aux gendarmes!...<> nous demande le plus gradé..document à l'appui,nous leur précisons l'illégalité d'une éventuelle traversée du terrain des Facy!...et qu'un référé suspensif était en cours ..à chacun de prendre ses responsabilités!...Battista joue alors son rôle préféré! celui de l'incompris!<>... Voilà,après nous avoir noyé sous l'hypocrisie...et quelques regards échangés qui en disaient long sur la haine des deux partis..chacun est rentré chez soit! Nous sommes allés boire un coup chez Madame Facy pour fêter notre petite victoire! Mardi ,15h30....le bull et la pelleteuse descendent la colline de Pouzols....Battista à contourné le problème en contournant le terrain des Facy...il attaque le chemin par le milieu ...et là ,il n'y aura plus personne pour l'arrêter...
FB.

Valeureux combattants!
Photo-211.jpg

Photo-218.jpg

Photo-220.jpg

Photo-229.jpg

Photo-233.jpg

Déclaration de guerre - par Gérard le 22/09/2006 - 21:47

 
Voila comment la communauté de communes de  Paulhaguet "aménage" notre chemin de la compagnie. Je dis notre car maintenant ce n'est plus le leur!

Soyez prêts à arrêter les bulls, nous cherchons des gens courageux pour intervenir sur place.
contact: 0631075025
Photo-101.jpg

Photo-119.jpg

Photo-123.jpg

Photo-135.jpg

Photo-139.jpg

Photo-145.jpg


Rendez vous à Vergezac - par Gérard le 31/08/2006 - 10:41

Les 8, 9 et 10 septembre prochains, la commune de Vergezac, située aux portes du Puy-en-Velay, accueillera la 53ème finale nationale de labour. 22 concurrents, issus de 11 régions françaises différentes, devront se départager durant ces 3 jours.

Nous serons présent sur place pour distribuer des tracts, des milliers (50000!) de personnes sont attendues, c'est pourquoi nous comptons sur votre aide.

Tout personne disponible 1 ou plusieurs jours pour diffuser de l'information, contactez le 06 31 07 50 25.  (nota: voir l'animation des 3 jours ci dessous)

Merci de votre collaboration.

Pour en savoir plus

Terrible - par Gérard le 14/08/2006 - 12:29

Décés du jeune quadeur originaire de Haute-Loire .


Grégory était un amoureux de la nature, ses parents origine de Haute-Loire qui possèdent une maison à Langeac sont éffondrés. Comment ne pas l'être quand on connaît les circonsances de l'accident!
Une chaîne rouillée (invisible) tendue à 30 centimètres de hauteur et des panneaux quasiment inexistants aux dires des gendarmes, placés, on n'y croit pas! à 4 mètres de hauteur. Un vrai piège!

Grégory est la 7 ème personne décédé dans des circonstances semblables depuis 1992.
Personne n’a le droit de mettre en danger la vie d’autrui, y compris sur un chemin privé. En outre, alors que des faits de ce type restaient rares, on assiste à une recrudescence des actes de malveillance –ou d’une funeste stupidité - depuis la publication de la circulaire Olin en septembre 2005.

Alors comment ne pas condamner la ploitique de la DIREN qui insite les propriètaires à barrer leur chemin, se moquant des précautions élémentaires et des risques engendrés?

Echos de l'Yonne:

Alors que Grégory Benard, le jeune quader décédé en Puisaye le week-end dernier, n'est pas encore mis en terre, la cause semblerait entendue : il serait entièrement responsable de sa propre mort, simplement parce qu'il circulait en quad sur un chemin privé ! Certaine presse s'autorise même à affirmer que la victime "roulait à vive allure".

Qui peut l'avoir vu ? On croit rêver ! La préfecture de l'Yonne, dans un communiqué prétendant rappeler la législation, reprend sans vérification les allégations erronées de la circulaire Olin : « […] Il est rappelé que la circulation des véhicules à moteur n'est autorisée que sur les voies ouvertes à la circulation publique (routes nationales, départementales, communales et chemins ruraux sauf dispositions contraires). [...]

Un chemin non carrossable est par définition non ouvert à la circulation publique[...].

Les chemins privés sont en principe interdits à la circulation sans l'autorisation du propriétaire [...] »

Or, ceci est faux et incomplet !

Nous rappellerons donc ici l'article premier de la loi Lalonde, transféré dans l'article L362-1 du Code de l'Environnement : " En vue d'assurer la protection des espaces naturels, la circulation des véhicules à moteur est interdite en dehors des voies classées dans le domaine public routier de l'Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur."

On constate immédiatement que le communiqué préfectoral escamote les "voies privées ouvertes à la circulation publiques des véhicules à moteur".

D'autre part, s'agissant des chemins d'exploitation, l'article L162-1 du Code Rural est limpide : "L’usage de ces chemins peut être interdit au public".

Ils sont donc par défaut ouverts à la circulation, et l'interdiction d'y circuler résulte d'une décision du propriétaire. D'ailleurs, quantité de textes (décrets, circulaires, décisions de justice etc.) ont établi que la fermeture doit se faire au moyen d'une barrière ou d'un panneau "chemin privé" (principe rappelé page 8 du Guide de l'Elu, édité par le Ministère de l'Environnement en 1994), tandis qu'il est évident que le dispositif ne doit pas mettre en danger la vie des usagers. Enfin, la "carrossabilité", comme moyen de juger si un chemin est ouvert ou non, est une invention de la circulaire Olin. Là encore, quantité de jugements ont établi que "les motifs afférents à l'état du chemin[...] et à l'inexistence d'une décision administrative de classement sont inopérants" (Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, 8 novembre 1988).

Le Ministère a même récemment reconnu que cette notion d'ouverture à la circulation publique est laissée "à l'appréciation souveraine des juges du fait", confirmant par le fait que la "carrossabilité" ne saurait s'imposer telle une règle générale.

La présente affaire est elle jugée ? Dans le cas présent, que des panneaux indiquant « propriété privée » et « interdit au public » figurent à l'entrée des parcelles jouxtant le terrain ne signifient pas que le chemin était interdit à la circulation. Si c'était la règle, quantité de chemins communaux traversant des forêts privées resteraient inaccessibles à tout promeneur.

D'autre part, placardés à plus de deux mètres cinquante du sol, ces panneaux sont invisibles. Un peu de bon sens ne fait pas de mal...

Cependant, nous espérons que la justice répondra à la question suivante : "Pourquoi la chaine mortelle ne se trouvait-elle pas, bien visible, à l'entrée même du chemin privé ?" .

Cette disposition plus logique aurait certainement permis d'éviter la mort du jeune Grégory.

En attendant, on ne peut que condamner cette tendance à banaliser de telles morts violentes, à excuser des poseurs de chaine ou de cables d'une incroyable et funeste inconscience, au seul prétexte que la victime -motorisée, tare suprême- se promenait dans un chemin privé. La réaction aurait certainement été fort différente s'il s'était agi d'un vététiste.

Tous égaux ? on se demande...

Il serait temps que le Ministère de l'Ecologie et les écologistes radicaux, que nous avions mis en garde, assument pleinement leur responsabilité dans l'apparition de ce climat délétère.

Nota : Nous tenons bien entendu à la disposition des enquêteurs et des journalistes les éléments juridiques (textes de lois, décrets, jugements etc.) sur lesquels nous appuyons nos dires.


http://ladefensedesloisirsmotorises.blog.20minutes.fr/archive/2006/07/21/reactions-apres-le-mort-du-jeune-quadeur.html

Nouveau décret Natura 2000 - par Gérard le 12/08/2006 - 11:19

Nature / Ecologie - Publiée le : 31/07/2006  
Le décret relatif à la gestion des sites Natura 2000 a été publié

Après avoir terminé juste à temps la liste des nouveaux sites Natura 2000 à proposer à la Commission européenne, le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable vient de publier le décret relatif à la gestion des sites Natura 2000.


Natura 2000 est un ensemble de sites naturels, à travers toute l'Europe, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales et de leurs habitats. Ce réseau a pour objectif de contribuer à préserver la diversité biologique sur le territoire de l’Union européenne en assurant le maintien ou le rétablissement dans un état de conservation favorable des habitats naturels et des habitats d’espèces de la flore et de la faune sauvage d’intérêt communautaire. Natura 2000 rompt avec la tradition française de protection stricte et figée des espaces et des espèces car l'approche proposée privilégie la recherche d'une gestion équilibrée et durable qui tient compte des préoccupations économiques et sociales. C'est reconnaître que l'état de la nature est indissociable de l'évolution des activités économiques et plus largement, de l'organisation de la société.
Depuis le 30 avril dernier, le réseau français de sites Natura 2000 comprend 1307 sites d'intérêts communautaires et 367 zones de protection spéciales (ZPS). Ces sites ont été désignés par la France en application des directives européennes « Oiseaux » de 1979 et « Habitats » de 1992, au regard de leur richesse faunistique et floristique.

Dans la continuité de l’établissement de ce réseau, le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable vient de publier le décret relatif à la gestion de ces espaces protégés. Ce texte permet désormais l’application pleine et entière des dispositions législatives introduites le 23 février 2005 par la loi relative au développement des territoires ruraux.
Il confirme donc la place centrale du comité de pilotage au sein duquel tous les acteurs locaux sont représentés. Ce comité a en charge l’élaboration du document d’objectifs du site Natura 2000 qui doit veiller à la conservation ou à la restauration des habitats naturels et des espèces animales et végétales présentes sur le site, tout en accompagnant l’évolution des activités économiques et de loisirs qui s’y pratiquent.

Conformément au souhait du législateur, les collectivités territoriales se voient confier un rôle accru dans la gestion des sites Natura 2000 puisqu’elles peuvent désormais assurer la présidence du comité de pilotage et veiller, pour le compte du comité, au bon déroulement des travaux programmés par le document d’objectifs.

Ce décret établit également la gestion contractuelle des sites Natura 2000 avec le développement d’un nouvel outil : la charte Natura 2000. Les acteurs locaux s’engagent ainsi, par l’adhésion à la charte contenue dans le document d’objectifs du site, à mettre en place des pratiques de gestion et/ou de loisirs respectueuses des habitats naturels et des espèces de faune et de flore sauvages. De plus, l’adhésion à la charte Natura 2000 d’un site facilite l’octroi d’aides publiques et ouvre droit à certains avantages fiscaux avec notamment l’exonération de la taxe foncière pour les propriétés non bâties situées en site Natura 2000.

Par ailleurs, ce texte confirme diverses mesures de simplification : procédure de consultation simplifiée en cas de modification du périmètre d’un site Natura 2000 ; possibilité d’élaborer et d’approuver un document d’objectifs dès la notification à la Commission européenne de la proposition d’une zone spéciale de conservation…

Enfin, ce décret renforce l’information des citoyens, que ce soit lors de la désignation des sites Natura 2000 par le ministre en charge de l’environnement ou lors de l’approbation du document d’objectifs du site par l’autorité préfectorale.

Actions à venir - par Gérard le 07/08/2006 - 21:48

De nombreuses actions sont à prévoir dès septembre, je souhaite faire appel à vous pour les organiser.

J’attends vos réponses pour lancer ces projets :

Projet n°1 :

Le premier est l’élaboration d’un guide des bonnes pratiques (comportement et manière de pratiquer son loisir,…) qui seraient multi activités : marcheurs, équestres, motards, VTTiste, Quadeur, pêcheur, kayakiste, 4x4iste, canyonistes, varapiste, etc.

Projet n°2 :

Campagne de sensibilisation de l’interdiction du Hors piste auprès des randonneurs chez les concessionnaires et revendeurs.

Projet n°3 :

Distribution chez les auto écoles et vendeur de 50cc tout terrain d’un guide de bonne pratique sur l’usage des chemins (voir projet n°1)

Projet n°4 :

Msie en place d’un maillage de référents de la randonnée motorisée sur le département qui auraient la charge de se déclarer comme homme relais des actions énoncées ci-dessus auprès des communautés de communes, conseillers et autres décideurs locaux.

Projet n°5 :

Organisation d’un colloque sur le thème « loisirs verts et vie rurale en zonage environnemental (Natura 2000, parcs régionaux, réserve) »intervenants : chasseurs, pêcheurs, représentant du monde agricole, témoignages d’association de loisirs et de vie rurale…

Je me charge de trouver les intervenants, nous avons besoin d’un responsable logistique et d’un responsable communication.

Précisez sur quel(s) projet(s) vous pouvez nous aidez.

Merci de votre collaboration, merci de ne pas oublier que votre participation est précieuse car elle conditionne l’existence de ces projets.

Cordialement

Gérard Beaud

Président du GAPPALVVR
email cliquez ci dessus

Nota : une nouvelle manif est à prévoir le 14 ou le 21 octobre (on en reparle)


Rencontres entre randoneurs. - par Gérard le 28/07/2006 - 11:53

Une déléguation du GAPPALVVR (Sabatier et Beaud) a rencontré Monsieur Pierre Groll, Président du comité départemental de la randonnée équestre le 10 juillet dernier. Cette entrevue nous a permis de partager un bon moment, fort sympathique entre passionnés.

Les randonneurs équestres notent l’amélioration évidente du comportement des motards qui stoppent leur moteur et attendent l’éloignement des cavaliers avant de repartir. Ils regrettent cependant le comportement des quadeurs qui sont généralement peu soucieux de ne pas déranger ce qui montre de tout évidence l’absence de « culture chemin ». Mr Groll insiste sur la nécessité de former les guides qui encadrent les randonneurs motorisés à l’image de ceux qui exercent dans le tourisme équestre. Il rappelle aussi un élément du code de la route : « n’oublions pas que la priorité est donné au véhicule le moins maniable ! » en l’occurrence le cheval et « que le dépassement doit s’effectuer à au moins 1,5m du dépassé ! ».

Le constat du bon état général des chemins dans notre département est partagé, le principal danger pour les chemins est leur effacement au profit de large piste ou route goudronnée.

En guise de conclusion, des orientations ont été définies (idem entrevue avec Mr Bertholet):

-élaborer un guide des bonnes pratiques pour l’ensemble des loisirs verts

-Informer sur les calendriers des manifestations (rando, chasse, etc)

-Inciter à la périodicité et à la diversité de l’usage.


Promeneur1.jpgRencontres entre randoneurs. - par Gérard le 28/07/2006 - 09:52

Notre première rencontre avec Monsieur Bertholet le 26 juin dernier à été l'occasion d'établir un vrai contact.

Notre délégation constituée de messieurs Perret, Romeuf, Galland, Bongiraud et Beaud a été fort aimablement accueillit par le Président et le vice Président du Comité de randonnée pédestre. Dès le début, c’est instauré un discours franc et courtois qui a permis à chacun d’apporter un point de vue sur la pratique des chemins dans le département. Le constat, de l’avis de tous, est positif. Pas de problème majeur évident, les randonneurs pédestres sont particulièrement sensible à la courtoisie des randonneurs motorisés qui stoppent leur véhicule et qui quittent leur casque pour converser. Si certains tronçons sont endommagés par les pratiques de la randonnée motorisée, l’état général des chemins est bon dans notre département. En fait, le principal danger pour les chemins est leur effacement au profit de large piste ou route goudronnée. Des cas d’appropriation par les riverains ou l’absence de randonnée conduisent aussi à une perte du patrimoine chemin.

Concernant l’usage des PR et GR, Mr Bertholet a rappelé qu’ils n’appartiennent pas aux randonneurs pédestres, n’en déplaisent à certains, il a aussi souligné le rôle de la randonnée motorisée contribuant à la préservation de l’ouverture des chemins. Les associations nombreuses du département font un travail considérable dans ce sens depuis de nombreuses années.

En guise de conclusion, des orientations ont été définies :

-élaborer un guide des bonnes pratiques pour l’ensemble des loisirs verts

-Informer sur les calendriers des manifestations (rando, chasse, etc)

Inciter à la périodicité et à la diversité de l’usage.

Chemin de la Compagnie - par GG le 26/06/2006 - 12:12

Vendredi 23 juin, nous avons rencontré Monsieur le Sous-Préfet de Brioude Hugues Malecki pour lui annoncer notre intention de recourir en justice dans l'affaire du chemin de la compagnie.
En rappelant les points d'illégalité qui entache le dossier, notamment les délibérations du conseil de la communauté de communes du pays de Paulhaguet, nous avons expliqué les raisons de notre démarche et montré le soutien qui nous accompagne.
Monsieur le Sous-Préfet nous a fait l'honneur de nous entendre d'une oreille bienveillante.


Visite au Conseil Général - par GG le 26/06/2006 - 12:04

 Mercredi 21 juin, nous avons rencontré le directeur du Conseil Général, Monsieur Figuier, pour lui faire part de nos interrogations sur les positions et orientations en matière de gestion des loisirs verts sur le département.
Monsieur le directeur nous a dit gérer au mieux les intérêts contradictoires (!) en recherchant les terrains d'entente, c'est la raison pour laquelle nous serons prochainement associés à la CDESI (commission départementale des espaces, sites et itinéraires).
Nous avons fait part d’une inquiétude liée à l’impartialité de la fonction et des missions assignées à certaines personnes en charges de représenter le CG en commission, point sur lequel Monsieur Figuier convenait du constat révélant une faute de personne.

Nous avons demandé à rencontrer Monsieur le Président du Conseil, argumentant sur le fait qu’il est le seul élus manquant à nos entretiens.

La rencontre s’est terminée avec l’assurance d’une collaboration dans l’échange des informations concernant les pratiques et sur la volonté d’élaboration d’un guide des bonnes pratiques.


Courrier de la FFM - par GG le 26/06/2006 - 11:37

Lettre-FFM-Mougin-MEDD.jpg

De la ville à la campagne ou ruralisme - par didier le 24/06/2006 - 09:35

 Courrier des lecteurs de TTMAG:

Bonjour à tous, le récent combat engagé contre la circuialre Olln me conduit à une réflexion Le dictionnaire définit le nurallsme comme une tendance à idéaliser la vie à la campagne Rien à voir avec ia ruralité, donc, qui est l'ensembie des valeurs et des caractéristiques du monde rural La réalité du terrain, en somme

Majoritairement d'origine citadine et quoi qu'il en soit contraints de vivre en ville, nos énarques ont petit à petit fait du ruralisme une poli- tique, L'idéal d'un retour à la nature et, surtout, les discours angéli- ques des mouvements dits écologiques ont fait leur bonhomme de chemin dans les esprits Au point qu'il existe aujourd'hui un gouffre entre la campagne telle que les citadins la révent et le quotidien des gens qui y vivenc

Le touriste s'émerveille une fois par an de l'âpreté des conditions de vie dans certaines de nos régions, Le Parisien ou l'étranger, lui, vient y acheter un espace qu'il croit étre d'une tranquillité absolue (et qu'il s'empresse le plus souvent de ciâturer) Or un beau jour, tout ce petit monde semble découvrir qu'à la campagne, Il y a aussi des coqs qui chantent à l'aube, des cochons qui puenc des chasseurs qui tirent, des tracteurs, des tronçonneuses et des motos qui péta- radenc Enfer et damnation I

La défense de la moto verte n'est pas, comme nos détracteurs vou- draient nous le faire croire, un combat sectaire et d'arriére-garde Elle s'inscrit au contraire dans une démarche plus générale de respect de la ruralité,et donc de la différence


Réunion au Ministère de l'écologie et du DD - par GG le 14/06/2006 - 13:20

Mardi 13 juin.
Rendez-vous fixé à 10h 30 au MEDD

Photo-reunion-MEDD-06-2006.jpg

A l’initiative de Monsieur le Vice Président du Sénat, Monsieur Gouteyron, une délégation représentative du GAPPALVVR a rencontré Monsieur Bousiges le Directeur de cabinet de Madame la Ministre Nelly Olin assisté de Monsieur Luciani, conseiller technique.

Préalablement nous avions demandé à Monsieur Wauquiez, Député de Haute-Loire, de nous accompagner.

Arrivés au 20 avenue Ségur, nous avons eu l’agréable surprise de découvrir nos deux autres parlementaires associés à notre démarche, Messieurs Boyer, Sénateur et Proriol Député, qu’ils en soient remerciés.

Monsieur Bousiges entame la réunion en soulignant ce front uni (notre cher département représenté par ses 4 parlementaires donne fière allure à cette rencontre !) lui rappelant le temps où il était Préfet de Haute-Loire. La beauté et la nature préservée, l’amabilité et la vérité des Altigériens sont quelques uns des éléments significatifs de la Haute-Loire dont Monsieur le Directeur se souvient.

L’inadaptabilité de la politique du MEDD et les effets inacceptables engendrés au regard des spécificités locales étaient à l’ordre du jour.

Le GAPPALVVR, par le témoignage de son Président, a dressé un constat sur la situation en montrant le processus d’éradication dont nous sommes victimes, en désignant les acteurs, en dénonçant leurs méthodes et leurs comportements, en soulignant leurs alliances et leurs stratégies. Nous avons affaire à des gens qui cultivent le mensonge et les amalgames pour s’en nourrir, qui se donnent le rôle de procureur, qui utilisent l’injure et la diffamation allant jusqu'à nous traiter de xénophobes et de pédophile ! En s’appuyant sur une base associative et sur une organisation en réseau, ils se donnent un pouvoir en interprétant les textes, en menaçant à tour de rôle les élus, la préfecture et autres, en harcèlant les administrations, en les infiltrant à tous les niveaux et dans de nombreux services. Ce sont des mystificateurs qui se placent comme les seuls protecteurs de l’environnement en manipulant l’information et les données scientifiques, en s’auto proclamant expert environnemental, le plus souvent incapables d’amener des éléments factuels ou tangibles. Ces associations perfides prônent la concertation et refusent la conciliation, manipulent les bonnes âmes en jouant sur la corde sensible de la vie, ici celle de son environnement. Ces gens ont un but et des ambitions inavouées, celle de prendre le pouvoir autrement puisque les urnes ne le leur permettent pas.

Après cet exposé démonstratif incontesté et appuyé par d’autres témoignages des présents autour de la table,

Monsieur Bousiges est intervenu pour parler dans un premier temps, du contexte difficile de la gestion environnementale et de la réticence à mettre en place les PDIRM (seul le département de l’Aude est engagé véritablement dans le processus !), puis ensuite pour aborder le manque de pédagogie et le problème engendré par la répression, notamment le montant des amendes infligées.

Monsieur le Directeur s’est dit informé de la situation en Haute-Loire et connaît la force et le poids des personnes que nous représentons ainsi que ceux de nos détracteurs précisant notamment que l’exigence environnementale Natura 2000 est de concilier la vie et les pratiques.

En complément, Monsieur Gouteyron a demandé de veiller à un juste équilibre dans les commissions,Monsieur Proriol a précisé le danger que représentent les Ayatollahs dans les négociations et Monsieur Boyer a témoigné en faveur de la cohabitation des pratiques de loisir . Ensuite Monsieur Wauquiez à demandé à ce que soit rappelée la stricte mission des administrations et a fini par deux démonstrations, celle de la sanctuarisation provoquée par la circulaire et de celle de la caractérisation inappropriée de la carrosabilité pour les chemins des régions comme la notre !

Alors Monsieur Luciani a accusé les défenseurs des randonnées motorisées (codever) d’être responsable de la notion de carrosabilité telle qu’elle est perçue aujourd’hui (sic !) ce qui provoqua un tollé général de l’ensemble de notre délégation ! Il enchaîna ensuite avec un (trop) long exposé sur la notion de jurisprudence et la relecture des textes de la circulaire jusqu'à ce que notre juriste le ramène au silence en lui rappelant de mémoire des derniers jugements et les conséquences de l’interprétation des agents de l’environnement.

Nous avons ensuite exposé l’historique des pratiques depuis 30 ans sur notre territoire, l’impact économique et l’absence de conflit d’usage des chemins dans notre département, Messieurs les parlementaires et Monsieur l’ancien Préfet le confirmant. Cette situation pérenne doit pouvoir s’intégrer dans le principe de la loi et les PDIRM ne le permettent pas ! Cet antagonisme nous amène au devoir de réflexion.

Quoiqu’il en soit, nous avons insisté sur l’impossibilité des PDIRM en démontrant l’antériorité à lever et la conditionnalité à fixer.

Nous avons rappelé les propos tenus sur RMC que nous trouvons dangereux « si Madame la Ministre dit à chacun son chemin, alors attention, car nous pouvons dire à chacun sa région ou à chacun son département ! » Pour finir, le groupement s’est positionné comme le porte parole d’un mode rural laissé à l’abandon à qui on veut enlever le pouvoir de gestion de ses territoires « cette circulaire dépasse la pratique de la randonnée motorisée, elle coupe l’accès à la campagne en créant de vaste territoire ou l’homme n’a plus sa place, cette circulaire catalyse la colère des campagnes comme le montre l’ensemble des sympathies que nous avons reçues ».

Accompagnés sur le perron du ministère (certainement pour faire honneur à nos parlementaires) nous avons remercié Monsieur Bousiges pour sa réelle écoute attentive à nos propos.


Avenir du VTT - par SN63 le 12/06/2006 - 10:41

A méditer, pour ceux qui croient que le VTT est à l'abri.

Lire ce texte pris dans le FAQ du site de la FFRP - Fédération Française de la randonnée Pédestre, vous savez cette asso qui revendique 30 000 millions d'adeptes, qui a participé à l'élaboration de la circulaire Olin et qui par une stratégie de communication bien maitrisée tente de faire rentrer dans les esprits qu'un chemin (d'ailleurs dans leur communication, ils se plaisent à utiliser le terme sentier pour semer le trouble) n'est pas un moyen de communication ouvert à la circulation publique (ou privée) mais un espace contemplatif :

Question : Peut-on circuler en VTT sur les PR/GR ?
Réponse de la FFRP : Les itinéraires GR ou PR sont créés et entretenus pour et par des pédestres, leur profil est adapté à ce type de fréquentation .
Ils ne sont pas conçus pour la pratique du VTT, bien qu’ils empruntent le plus souvent des chemins du domaine public.
Il est des secteurs entiers où la pratique du VTT est interdite sur les GR /PR:
la servitude du littoral, les parcs nationaux, chemins de halages, secteurs préservés et nombreux secteurs forestiers ...sans parler des endroits où elle est déconseillée en raison de la fragilité des sols, de même que pour les équestres.
La circulation abusive d’usagers autres que pédestres sur les GR/PR crée de plus en plus de difficultés à la Fédération Française de la randonnée pédestre par retraits d'autorisations de passage, quand ce n'est procès.
Ceci vaut a fortiori pour les motos, les quads et 4X4.

Si c'est pas de la démagogie, ça !
Donc, imaginons un pédestre dérangé un dimanche par un VTT (ou un quad, ou une moto, ou un 4x4 ou un equestre) qui va consulter le site de la FFRP (www.ffrandonnee.fr) et qui va jeter un oeil sur le FAQ. Le dimanche suivant il dira au VTT que le chemin lui est interdit.
Et le noeud-noeudpédestrecontemplatifkimarcheledimanchepoursedestresser, il va pas se poser la question de savoir si il est sur un chemin, un sentier, public ou privé, GR ou PR. Il est dans son droit puisque Sainte FFRP l'a écrit.

Elle est pas belle l'intolérance cultivée de cette façon ?


Connaître le militantisme naturaliste - par GG le 12/06/2006 - 09:15

SOS Loire Vivante fête ses vingt ans le weekend du 17 et 18 juin

Vous pouvez vous inscrire : http://www.rivernet.org/loire/loirevivante/20ansloirevivante_f.htm#anniversaire

Particpez à cette célébration, ce sera peut -être l'occasion vous certains d'entre vous, de leur rappeler l'aide et le soutien que vous leur avez apporté à leur création, lorsque qu'il était question d'un barrage sur la Loire!


Réunion au Ministère de l'écologie et du DD - par GG le 29/05/2006 - 21:17

Bonjour,
Nous allons être reçus au MEDD le mardi 13 juin.

Ordre du jour:
L'’inadaptabilité de la politique du MEDD et les effets inacceptables engendrés au regard des spécificités locales:

1. liés à la fonction administrative de la gestion environnementale
- la place donnée aux associations naturalistes,
- les interprétations et à la partialité des services administratifs.

2. dus à la mise en retrait et au mépris :
- du rôle prépondérant des élus locaux au premier chef desquels les Maires
garants d'une gestion pragmatique et éclairée des territoires en harmonie avec
nos pratiques et les préoccupations écologistes,
- d’une situation économique,
- d’une cohésion sociale établie et durable.

 3. dus au rejet des acteurs locaux et d’une réalité de terrain :
- Omission de la réalité environnementale liée aux loisirs verts et aux
compétitions d'engins motorisée.
- Non prise en compte des associations de promotion et de défense des
loisirs motorisés dans toutes les commissions nationales et délocalisées en
matière de gestion des espaces ruraux.



Je vous demande d'amener tout les éléments concrets (chiffrage si possible,
articles, budget, etc) que vous connaissez sur chacun des points abordés.

Ex: sur la place accordées au associations naturalistes on peut citer:
-leur invitation systématique à toutes les réunions de natura sur tous les
sites, aux commissions SAGE (schéma d' aménagement de la gestion de l'eau)
-le financement de leur fonctionnement par les subventions locales (CG43) ex LPO
24000€ sur trois + ....
- l'infiltration de la DIREN (voir la composition de son conseil)etc
Nous aurons besoin de connaître le nombre de manifestations sportives qui ont eu
lieu en Haute Loire depuis aussi longtemps que possible, l'impact économique,
etc

Merci de répondre le plus vite possible (gerard.beaud@free.fr), c'est urgent SVP. (si vous avez des
commentaires, distinguez les des faits concrets que vous apportez)



Gérard
Président du GAPPALVVR

Retour au combat - par Gérard le 28/05/2006 - 17:24

Nous venons d'envoyer une demande de déféré à la Préfecture pour annulation de la délibération de la communauté de communes de Paulhaguet.

En commeun accord avec l'association de l'ADBP, un deuxième déféré est demandé pour barrer le projet de la route forestière.

Il va y avoir du rififi à la CC!

wink

On vous tient au courant (je peux pas tout vous dire aujourd'hui!)

Gérard


Chemin de la Compagnie - par GG le 15/05/2006 - 14:51


Chemin de la Compagnie - par GG le 25/04/2006 - 17:18

Samedi 29 avril à Chavaniac Lafayette, 20 H 30,
préau de l’école primaire,
  réunion publique d’information sur le chemin de la compagnie
à l’initiative du GAPPALVVR.
J’invite toutes celles et tous ceux qui le peuvent à y assister.

Ordre du jour:
Procédures en cours et faits divers.
Présentation de la Journée Chemin de la compagnie 8 Mai

Merci de faire passer l'info.

Gérard

Manifestation anti-démocratique - par GG le 22/04/2006 - 09:10

 

 Communications de SOS Loire Vivante / Loire Vivante

 

9. Championnat d'Enduro dans les Gorges de la Loire : passera ? passera pas ?

Les 29 et 30 Avril prochains, un énième championnat d'Enduro est organisé dans les Gorges de Loire, au mépris d'enjeux écologiques forts, reconnus au niveau européen par le classement du site en zone Natura 2000. Quelques 300 motos sont attendues, qui tourneront toute la journée sur 70 Km de pistes.
A cette période, une trentaine d'espèces d'oiseaux menacés sont en pleine reproduction, le sonneur à ventre jaune (crapaud menacé) se balade sur les sentiers et les écrevisses à pattes blanches portent leurs œufs. La tenue de cette manifestation sera donc très dommageable à la Faune, mais également à la Flore du site.
C'est pourquoi les associations de protection de la nature, dont SOS Loire Vivante, le WWF, la LPO et Nature Haute Loire ont alerté les services de la Préfecture de Haute-Loire. Après deux réunions de concertation et une réelle écoute par les services instructeurs du dossier, les organisateurs n'ont apporté que de minimes modifications au tracé. La Préfecture rendra son avis le 20 Avril, soit deux jours avant le championnat. Les associations ont d'ores et déjà prévu d'organiser ce jour là une sortie nature sur le site réservé pour l'Enduro (tout le monde est bienvenu), en guise de protestation non-violente, festive et éducative : à cette occasion, la Faune et la Flore du site seront présentées aux participants.

Source : SOS Loire Vivante - ERN France


bull4.gifChemin de la Compagnie - par GG le 20/04/2006 - 09:00

Réunion à Chavaniac-Lafayette samedi 29 Avril à 20h30
sur le thème du Chemin de la Compagnie.

Sauvegardons nos chemins!

Vidéo

Promeneur1.jpg

Y en a marre! - par BA le 17/04/2006 - 20:52

 

Bonjour

Je suis un paysan, un vrai. Nous sommes paysans de père en fils depuis des générations, mon fils aussi est un paysan. (Ai-je le droit de dire que nous sommes vignerons sans tomber sous le coup de la loi Evin ? Je suis né au pays, j’y vis, j’y travaille, je m’y amuse, je contribue à ses festivités, et ses traditions, par pur plaisir. J’ajoute, et ce n’est pas rien, que bien qu’involontairement, j’entretienne ce paysage que les « Gens de la ville »trouvent si beau (mais ils feraient tout un accroc a la beauté pour y construire une petite résidence avec moult clôtures, vous pensez bien, nous chez les autres, OK, mais les autres chez nous, quelle horreur !

Voilà pourquoi je vous écris. Parce que je trouve inacceptable ce qui se passe actuellement. L’état est en train de s’approprier nos territoires ruraux, et de façon très insidieuse. Sous la pression des lobbies écolos intégristes. Cela dit en passant, je pensais les écolos plutôt de gauche, je découvre avec consternation que la pensée unique, le refus de tout dialogue, et l’enfermement dans les certitudes sont des travers qu’ils partagent avec des gens à l’idéologie nauséabonde.Nous subissons-et actuellement Mme La Ministre de l’écologie est bien dans le ton de son gouvernement, style 49-3 et compagnie ,on ne condescend pas a discuter ,des fois que des gens proposent quelque chose ou aient des idées !Circulez ,y a rien a voir-Nous subissons ,disais-je ,des atteintes considérables à notre Liberté et à notre façon de vivre au quotidien sur nos communes rurales. Je cite en vrac :Re introduction de l’Ours dans les Pyrénées(Pour faire plaisir à deux accompagnateurs en montagne ,et deux pseudos- Fermiers-restaurateurs parisiens échoues là par hasard et sans considérer l’ avis des vrais autochtones des vallées)Idem pour le Loup dans les Alpes (.Sans berger ,pas de mouton, pas de mouton, grosses avalanches a venir l’ hiver d’après ).Et quand un randonneur aura servi de Kebab à ces sympathiques bestioles ?

Que dire de la chasse, qui voit sa période se rétrécir comme peau de chagrin année après année et quivapasser a la trappe un jour ou l’ autre ? Et de l’interdiction,(récemment renforcée par une circulaire-Dite Olin- du nom de qui vous savez)de circuler avec un véhicule a moteur(Et bientôt aussi un VTT ou un cheval)sur NOS chemins ?

Nous vivons toute l’année au pays et pas seulement pendant les vacances ou les week-ends. En y travaillant , nous y créons une richesse ,non seulement économique, mais aussi humaine, qui s’appelle le tissu rural. Nous n’accepterons pas qu’on nous impose des lois et règles élaborées dans la bulle d’un bureau parisien ,relayées et appliquées par des fonctionnaires zélés.

Il est vraiment lamentable que l’on n’ait jamais eu de dialogue constructif avec l’Etat

Ou de rares monologues. Les Banlieues sentent encore la voiture brûlée N’ALLUMONS pas le feu dans nos campagnes.(Pour info, Nicolas, le Karcher sur le béton ça marche déjà pas terrible, mais dans la terre, ça met unemerde !! Merci de m’avoir lu…

Bernard Aimar, paysan de base(sans appartenance syndicale) délégué CODEVER du Var, membre de la FFMC.


Incitation à la répression! - par GG le 14/04/2006 - 16:25

 Lorsque nous avons été reçus à la préfecture le 18 Mars après notre manifestation, nous avions eu l'assurance d'une non incitation à la répression étant donné l'absence de plaintes relatives à la circulation des engins motorisées sur les chemins.

Un mois après, voilà le résultat:

Je vous laisse juge de l'acte!


Lettre prefet.jpg



Lettre prefet2.jpgLettre prefet4.jpgLettre prefet3.jpg

Touche pas à ma loutre! - par GG le 14/04/2006 - 14:07

Pourquoi donne t-on le bon dieu sans confession aux écolos?
Entre les dires d'un homme de terrain reconnu pour ses compétences et ses actions d'un coté, et de l'autre, un naturaliste importé pour semer l'idéologie, à vous de choisir!

Comme pour les chasseurs, les pêcheurs sont considérés comme des prédateurs à remplacer au plus vite par des prédateurs d'origine animale.

peche.gif

Baronnies libres - par GG le 10/04/2006 - 11:04

A l'invitation de l'association Baronnies libres sans parc (http://www.baronnies-libres.info), le GAPPALVVR est intervenu lors d'une conférence débat sur le thème du zonage environnemental et parc naturel régional, associé, pour l'occasion, au Président de la fédération Ovine des Alpes en proie au problème posé par les loups et écologistes radicaux.

Devant un public nombreux, un tableau de la situation vécue par les régions des Alpes, du Vercors et de l'auvergne montre l'impasse dans laquelle nous engage les processus des parcs et autres zonages environnementaux.
Lors de l'assemblée générale, l'association recevait le soutient clair et démontré du député Hervé Mariton, l'appui efficace de plusieurs maires et conseillers des Baronnies.
Le partage des expériences fait état de problèmes identiques quelque soient les régions et démontre, si besoin en est, que nos revendications sont légitimes et nos révélations sont vraies. Face à ce rouleau compresseur destructeur, notre opposition peut trouver des alliances avec le monde de la chasse, de l’agriculture et plus globalement, avec les gens de la campagne sans pour autant se couper des sympathisants citadins.

Le message devient commun, nous n’acceptons pas de voir s’installer chez nous les idées et l’ingérence des ayatollahs écologistes qui avancent dans l’ombre des parcs et autres zonages environnementaux.

Nous continuerons de vivre dans nos campagnes, nous continuerons d’entretenir nos espaces ruraux, notre nature selon notre expérience et nos convictions. Nous sommes déterminés.



Courrier aux élus du département - par GG le 01/04/2006 - 09:24

Objet: Circulation dans nos campagnes.    
La Direction Régional de l'ENvironnement sombre dans l'écologie radicale quitte à bafouer les textes et les principes qu'imposent les directives Natura 2000 qui stipulent que les mesures ne doivent pas conduire à interdire l'activité humaine en faisant de ces sites, des sanctuaires. Bel exemple de parti pris et d'à priori qui rèleve que l'étendue de notre problème de se limite pas à la circulaire OLIN.

Rappel du mot DOCTRINE (Extrait du Larousse):

"Ensemble des opinions, des croyances, des idées d'une religion ou philosophie, d'un système politique etc."

  COMMENT dans une démocratie, un Monsieur de l' administration peut imposer une doctrine ?
Quand la passion l' emporte sur la raison, quand la conscience politique efface la conscience professionnelle, quand la sensation d' impunité liée à la fonction est la plus forte!
  Vous noterez:
  • que l'extrait du texte de loi est emputé, à escient, de la partie qui autorisse la circulation sur les voies privées et qui relatif à la notion de carrossabilité citée!
  • la volonté de parcage des activités,
  • l'esprit chasse aux sorcières et les textes que l'on trouve sur les sites internet de l'écologie radicale,
  • la politique DIREN comme si elle existait en tant que telle!
Qui gouverne?   Gérard Beaud Président du Groupement d'associations pour la Protection et la Prévention des Activités de Loisirs Verts et de Vie rurale


Doctrine-DIREN.jpg

Doctrine-DIREN-2.jpg



Nettoyage par le trial club des crampons - par Stef le 30/03/2006 - 17:58

Dans le cadre des actions d'entretien des chemins, les membres du TRIAL CLUB DES CRAMPONS de St Maurice de Lignon ont mené un nouveau chantier ce dimanche matin. Une dizaine de membres du club se sont rendus sur un chemin en dessous du terrain de foot afin de nettoyer une portion de ruisseau qui longe le chemin. Ce ruisseau était encombré de nombreux détritus ( machine à laver, roue de voiture, pneus de tracteur, plastique...). En moins de quatre heures, le ruisseau a retrouver sa vraie image naturelle. Pas moins de 700 kg de détritus ont été évacué, puis les employés municipaux ont acheminés ces déchets vers les installations spécialisés.

II faut souligner que depuis 20 ans, le club mène ce type d'action afin d'entretenir les différents chemins autour de la commune ( pour le bonheur de tous les utlisateurs.....)
Les loisirs verts motorisés sont dans un contexte écologie et environnement très oppressant . A ce jour une circulaire ministérielle " la circulaire Olin" tente d'interdire l'accès à de nombreux chemins aux pratiquants de loisirs verts motorisés.
Face à cette menace, le CODEVER au niveau national et l'association de Préservation des loisirs verts dans le Haut Allier et les gorges de la Loire s'organisent et mobilisent l'ensemble des pratiquants afin que l'on puisse conserver la liberté de circuler dans les chemins.
"Je tiens à souligner l'énorme implication et mobilisation du Président de l'association APLVHAGL , M. Gérard BEAUD, qui informe les pratiquants ,coordonne les actions de mobilisation, et représente aussi l'ensemble des pratiquants auprès des préfectures et organisation ministérielle".

Une journée nationale des chemins est organisée le dimanche 9 avril, les pratiquants ou associations désirant participer à cette journée d'entretien et débroussaillage, peuvent nous contacter. Nous avons prévu un chantier de débroussaillage, mais nous proposons aussi nos services à d'autres associations qui auraient besoin de matériel, moyens de transport sur les chantiers, renfort en bénévoles...
contact : PABIOU STEPHANE : 06 19 53 58 00 email : spabiou@hotmail.fr.

Nettoyage les crampons stef 2.jpgNettoyage-Les-crampons-stef.jpg

Compte rendu de réunion à Blesle - par GG le 25/03/2006 - 09:43

Le Groupement était invité à présenter le problème posé par la circulaire à l'occasion d'un réunion débat par la communauté de communes de Blesle, charmant village situé dans la vallée de l'Alagnon.

Mr Romeuf, Président de la communauté de communes accueillait les gens à la maire de Blesle, Monsieur Delarbre, vice communauté de communes engageait les débats organisés par Mr François Gaillard.

Inscrite sur le thème de l'usage des chemins, la réunion débuta par la présentation du Directeur du SMAT des topos guides édités et diffusés à un large public. Concernant 2000 kms de chemins, ces topos guides sont financés par l'état, l'europe et les collectivités locales (30%). L'édition, hors coût de réalisation est estimé à 150 000 (Francs) soit 22500€, le retour sur investissement s'effectue en partie sur les recettes de la vente. Les chemins sont l'objet d'un état des lieux à l'intention des communautés qui s'engage à faire les travaux d'entretien. Il est a noté que beaucoup de chemins des topos guides manquent d'entretien, certains itinéraires ne sont plus viables.
La deuxième intervention de Mr Perche, maire de Grenier-Montgon, détailla les caractéristiques réglementaires et juridiques de l'usage des chemins et s'attacha à démontrer la nécessité de partager les chemins et de trouver une harmonie entre les pratiques en rejetant l'exclusion et la guettoisation.

La parole été donnée au GAPPALVVR pour exprimer un point de vue sur les problèmes posés par la circulaire Olin qui définit une nouvelle notion de carrossabilité des chemins sur les voies privées.

En interdisant cet accès, c’est plus de 70% des itinéraires qui sont condamnés par l’embroussaillement, par voie de conséquence, cette situation va provoquer une surfréquentation des GR et PR et son cortège de nuisance et de conflits d’usage et de voisinage.

Cette circulaire efface le remarquable travail éducatif des clubs de randonneurs et pratiquants motorisés de ces dix dernières années, coupe l'accès à la nature pour les gens de la campagne, crée une fracture sociale entre la ville et la campagne par la destination de l'usage des espaces ruraux qu'elle détermine, fait naître des vocations d'irascibles et monter l'intolérance sur tous les fronts, impose une notion de carrosabilité qui n'est pas de votre compétence mais de celle d'un tribunal, incite les agents de l’environnement à la répression et à la discrimination.

Des pistes et des solutions permettant de concilier les différentes pratiques furent proposées par Mr Beaud, Président du GAPPALVVR, notamment le projet de mise en place d’une charte de bonne conduite pour la randonnée motorisée prochainement proposée au Conseil Général et la proposition de servir d’interface entre les pratiquants, pas toujours identifiés, et les communes.

Le débat qui s’en suivit fut riche et divers, chacun montrant ses préoccupations, la très large majorité convenant que nous devions vivre, quelques soient ses pratiques, dans un monde de tolérance et de respect jusqu’alors établit.


Manif 18 mars au Puy - par GG le 19/03/2006 - 08:50

Bravo, à tous.
Trés belle manifestation, nous étions environ 700 personnes et une cinquantaine de véhicules à défiler en tenue de loisirs style 14 juillet. Beaucoup de nouvelles têtes, notamment des chasseurs, vttistes et marcheurs nous ont rejoint. Beaucoup de sollications de la presse écrite, pas d'image FR3.
L'absence de reportage FR3 s'explique par le choix rédactionnel de cette chaîne nationale au profit d'une autre actualité plus riche à leur yeux.
Point positif, nous avons rencontré Mr le Préfet qui nous a écouté d'une oreille TRES attentive, nous lui avons demandé de remettre une motion à Md la Ministre Olin (notion cliquez ici).
Des photos et un reportage TV trés bientôt sur libcircul.

Un développement et une analyse de nos manif prochainement.
Photo-maniflepuy-18Mars-1.jpg

Manifestation en Haute-Loire le 18 Mars - par GG le 12/03/2006 - 13:15

La réunion de préparation a permis de définir la manifestation.
Rendez-vous Au Puy en Velay le samedi 18 Mars à 9h30 place Carnot
Ainsi nous défilerons "style 14 juillet". Tout le monde en tenue de loisirs.
La tête de manifestation sera contituée de marcheurs, viendront ensuite les VTTistes, puis les chasseurs et pëcheurs et autres non motorisés. la deuxième partie du cortège avec les motos, puis les quad et fermeront les 4x4.

Nous partirons, de la place Carnot en direction du boulevard St Louis, puis nous descendrons le Breuil, la rue Pierret, l’avenue de la dentelle, le boulevard de la République. Nous remonterons ensuite la rue Saint-Jean, le boulevard du Maréchal Fayolle, le Breuil pour finir devant la Préfecture pour un sit-in.


Pour plus d'infos
Marcheurs et VTT, pêcheurs, chasseurs et autres: 06 31 07 50 25
Pour les motos: David au 0679839549
Pour les Quad et 4x4: Vincent 0617221287 ou 0471579055 ou 0471050386
Les véhicules seront garés place de la libération (proche de la caserne des pompiers) avant la manifestation.
Sécurité: Pierre 04 71 00 50 79 ou 06 72 06 75 71

Manifestation du 18 Mars - par Gérard le 07/03/2006 - 10:37

Réunion de préparation SAMEDI  11  MARS 2006 , à 20H30 , au centre Roger FOURNEYRON , salle n° 8, Bd de la république au Puy - en - Velay.

Faîtes passer l'info

Je demande à tous les responsables de clubs ou d'associations d'être présents.

A SAMEDI

Gérard


Scandaleux! - par GG le 22/02/2006 - 11:45

Voici un email qui circule dans la fonction publique (entre autre) grâce au soutien de syndicats!
Email administration pro olin.jpg

Compte rendu de réunion à Saugues - par GG le 20/02/2006 - 11:41

Vendredi 10 février:

Notre groupement, invité par l'association des acteurs indépendants de la vie économique et sociale locale de Saugues dans le cadre d'une réunion publique d'information, intervenait sur les différents projets environnementaux sur le Pays de Saugues :
Natura 2000, réserve naturelle et parc naturel régional
Face à un auditoire d’une centaine de personnes, répondant aux questions
« Quels sont les espaces et milieux concernés par les projets environnementaux ?
Quels types de mesures et quels impacts sur les activités économiques, forestières et agricoles, de loisirs et de vie rurale ?
Quels financements, qui décide de quoi et comment ?
Quelle législation et quelle réglementation pour l’avenir ? », Mr Beaud démontrait l’existence d’une nouvelle gestion du territoire. En faisant état des différents zonages environnementaux et des mesures qu’ils imposent, un avis critique et circonstancié sur l’avenir des activités industrielles se traduisait par la question posée « pensez-vous, compte tenu du poids des mesures environnementales, que nos industries Recticel, classé SEVESO2, ou PEM, faisant du dêpot électrolytique, viendraient s’implanter chez nous aujourd’hui ? ». La deuxième question assombrissait l’ambiance « pensez-vous qu’elles resterons si ce choix s’impose ? »
Selon Mr Beaud, les textes des directives Natura 2000 sont très bien écrits, ils garantissent la prise en compte des intérêts de chacun, le problème réside dans sa mise en œuvre, comme le montre notre sondage des maires traduisant leur sentiment d’être exclus des décisions.
A qui profite la situation ou plutôt qui en tire le plus grand intérêt, la réponse était donnée par la répartition budgétaire montrant la part importante accordé à la gestion, mais aussi celle dédiée aux associations naturalistes qui sont à l’origine des inventaires, des mesures préconisées et du suivi à faire. Où va cet argent ? réflexe auvergnat, la question reste sans réponse puisqu’elle est invérifiable. Il est très difficile, voir impossible d’obtenir des chiffres selon Mr Beaud, l’administration se retranche derrière un texte de loi qui lui donne la liberté de juger s’il est opportun, pour le projet, de donner l’information.
Concernant le projet de parc naturel régional, l’observation du fonctionnement des parcs existants montre de grandes différences. L’exposé des cartes d’implantation géographique, avec 44 parcs actuellement en France et d’autres en projet révèle que l’intérêt touristique rentre en concurrence. « le budget moyen de fonctionnement pour parc naturel régional est de l'ordre de 8 à 11 millions de francs (chiffres 2000). Il est alimenté, toujours en moyenne, à 40% par la Région, 30% par les autres collectivités membres (Départements, Communes).Nos élus doivent y réfléchir, les communes sont souveraines et indépendantes dans le choix d’intégrer ou non le parc, les intérêts sont variables, ce qui est pas adapté pour l’une, peut l’être pour l’autre » soulignait l’intervenant
La réunion s’est terminée autour du pot de l’amitié, parmi les discutions on regrettait certaines absences, Mr Beaud était chaleureusement remercié.

Compte rendu de réunion à Saugues - par GG le 20/02/2006 - 11:38

Vendredi 10 février:

Notre groupement, invité par l'association des acteurs indépendants de la vie économique et sociale locale de Saugues dans le cadre d'une réunion publique d'information, intervenait sur les différents projets environnementaux sur le Pays de Saugues :
Natura 2000, réserve naturelle et parc naturel régional
Face à un auditoire d’une centaine de personnes, répondant aux questions
« Quels sont les espaces et milieux concernés par les projets environnementaux ?
Quels types de mesures et quels impacts sur les activités économiques, forestières et agricoles, de loisirs et de vie rurale ?
Quels financements, qui décide de quoi et comment ?
Quelle législation et quelle réglementation pour l’avenir ? », Mr Beaud démontrait l’existence d’une nouvelle gestion du territoire. En faisant état des différents zonages environnementaux et des mesures qu’ils imposent, un avis critique et circonstancier sur l’avenir des activités industrielles se traduisait par la question posée « pensez-vous, compte tenu du poids des mesures environnementales, que nos industries Recticel, classé SEVESO2, ou PEM, faisant du dêpot électrolytique, viendraient s’implanter chez nous aujourd’hui ? ». La deuxième question assombrissait l’ambiance « pensez-vous qu’elles resterons si ce choix s’impose ? »
Selon Mr Beaud, les textes des directives Natura 2000 sont très bien écrits, ils garantissent la prise en compte des intérêts de chacun, le problème réside dans sa mise en œuvre, comme le montre notre sondage des maires traduisant leur sentiment d’être exclus des décisions.
A qui profite la situation ou plutôt qui en tire le plus grand intérêt, la réponse était donnée par la répartition budgétaire montrant la part importante accordé à la gestion, mais aussi celle dédiée aux associations naturalistes qui sont à l’origine des inventaires, des mesures préconisées et du suivi à faire. Où va cet argent ? réflexe auvergnat, la question reste sans réponse puisqu’elle est invérifiable. Il est très difficile, voir impossible d’obtenir des chiffres selon Mr Beaud, l’administration se retranche derrière un texte de loi qui lui donne la liberté de juger s’il est opportun, pour le projet, de donner l’information.
Concernant le projet de parc naturel régional, l’observation du fonctionnement des parcs existants montre de grandes différences. L’exposé des cartes d’implantation géographique, avec 44 parcs actuellement en France et d’autres en projet révèle que l’intérêt touristique rentre en concurrence. « le budget moyen de fonctionnement pour parc naturel régional est de l'ordre de 8 à 11 millions de francs (chiffres 2000). Il est alimenté, toujours en moyenne, à 40% par la Région, 30% par les autres collectivités membres (Départements, Communes).Nos élus doivent y réfléchir, les communes sont souveraines et indépendantes dans le choix d’intégrer ou non le parc, les intérêts sont variables, ce qui est pas adapté pour l’une, peut l’être pour l’autre » soulignait l’intervenant
La réunion s’est terminée autour du pot de l’amitié, parmi les discutions on regrettait certains absences, Mr Beaud était chaleureusement remercié.

Réunion à Beaulieu vendredi 17 février - par GG le 13/02/2006 - 09:12

Nous vous donnons rendez-vous à Beaulieu (43) ce vendredi 17 février salle des fêtes à 20h15 pour une réunion d'infomation.
Thèmes: Zonage environnemental et loisirs verts. Circulaire Olin, quel impact?
Faîtes passer l'information, nous vous attendons mombreux.

- par EL le 08/02/2006 - 08:30

Hier matin, un chasseur était convoqué par le Procureur de la République du Parquet de Clermont-Ferrand, dans le cadre d'une procédure de composition pénale, pour avoir fait demi-tour en 4X4 dans un pré, aprés avoir récupéré ses chiens à l'issue d'une partie de chasse. Interpellé par des "Agents de l'environnement" (dixit...), ces derniers lui indiquaient que le fait d'avoir quitté le chemin sur lequel il se trouvait pour faire demi-tour dans un pré constituait une infraction au code de l'environnement et qu'il serait bientôt convoqué pour s'en expliquer devant un Magistrat. Peu aprés, les fameux "Agents zélés de l'environnement se mettaient en rapport avec le propriétaire, l'enjoignant de se porter partie civile. Ce dernier, ayant constaté qu'aucuns dégâts n'avaient été causés, refusait et proposait même au prévenu de lui faire une attestation indiquant qu'il l'autorisait à se rendre dans ledit pré...Aprés avoir pris la mesure du caractère totalement abusif de l'intervention des policiers de l'environnement, le Procureur invitait notre ami chasseur à rentrer chez lui, l'affaire étant classée... Il est vrai que l'arrivée d'une dizaine de supporters autour du prévenu, venus le soutenir, a interpellé (!!) le Procureur et l'a incité à engager la conversation avec eux . La nature et la gravité de l'infraction lui ont immédiatement sautées aux yeux!!!

Comme nous l'espérions, l'intelligence l'a emporté au moins pour cette fois... Espérons que le couple verbalisé en quad et convoqué devant le Procureur de Riom au mois de Mars aura un interlocuteur de même qualité. A suivre...


Rencontre avec Mr Vissac - par GG le 06/02/2006 - 09:50

 Rendez-vous est pris avec Mr Vissac, Maire de Langeac et Président du SMAT.
Pour en savoir plus contact 06 31 07 50 25

DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin

^ Haut ^