ADHESION!!

Le GAPPALVVR en bref

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
674 Abonnés

Pour en savoir plus
+  Présentation de l'association
+ Loisirs et vie rurale en Haute Loire
+ La problèmatique environnementale
+ Le système environnemental
+ Espaces Naturels Sensible

Nos activités
 -   Historique
+ Protection du patrimoine
+ Prévention des activités
+ Front de Liberation des Chemins et sentiers
+ balade

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne


année 2006

Janvier 2006

Réunion du Groupement le 6 janvier à Langeac

Cette première réunion de début d’année pour le GAPPALVVR, (Groupement d’Associations pour la Protection et la Prévention des Activités de Loisirs Verts et de Vie Rurale) a été l’occasion de rappeler l’intense activité du groupement durant l’année 2005. Pas moins de 9 Manifestations comprenant défilés, émissions radio et TV, 20 courriers envoyés aux élus et collectivités locales, 19 réunions d’animation ou de participation et enfin 12 réalisations, dossiers, avec un film sur la protection du patrimoine.

Le président de cette association, Gérard Beaud, est revenu sur l’année écoulée en précisant les événements marquants pour les loisirs verts et la vie rurale.

Un rapide tableau fut dressé sur Natura 2000 en Haute-Loire. Nelly Olin, Ministre de l’écologie et du développement durable vient d’inscrire le site du Haut-Allier à l’inventaire national, pour le reste, selon Mr Beaud « le processus semble ralenti, faute de financement ou par refus des gens concernés comme c’est le cas pour le site des sommets et versants orientaux de la Margeride. Cette situation déçoit les associations de protection de l’environnement qui attendaient ces budgets ». Le président rappelait le mot du Président du Conseil Général, Monsieur Roche qui dit avoir apprécié que le groupement devienne un des partenaires privilégié pour l’ensemble du zonage Natura.

Notons, par ailleurs, que le groupement a interrogé la préfecture sur l’égarement du dossier de demande de modification des documents d’objectif pour les sites des gorges de la Loire. Monsieur le secrétaire du préfet, Monsieur Jaumouillie s’est montré préoccupé et a assuré de donner suite à cette affaire.

Le point sur les interdits, les problèmes d’autorisation des épreuves de sports d’eaux vives et sur la pratique de l’escalade mais aussi sur la répression et les cas de verbalisation a amené l’enchaînement de la deuxième partie de la réunion. Le président Beaud est longuement intervenu sur le problème posé par la circulaire Olin qui a mis le feu aux poudres sur le département mais aussi sur le plan national en limitant l’accès aux chemins aux voitures de tourisme non spécialement adaptées au tout-terrain. Il précisait alors « Cette circulaire n’est pas une loi, elle n’a pas valeur réglementaire ni juridique comme l’a précisé la Haute Assemblée (Sénat), de plus, elle ne concerne que les voies privées ouvertes laissées à la libre circulation » ; il ajoutait « certains naturalistes, veulent la transformer en loi pour créer des espaces naturels ou l’homme n’a plus sa place. Nous refusons cette vision citadine qui crée une fracture entre ’’le rat des champs et le rat des villes’’, c’est pourquoi nous étions 800 personnes à manifester au Puy le 26 novembre dernier ».

Une représentation du groupement a été reçue en préfecture pour demander que deux lignes des 25 pages de la circulaire soit retirées.

Pour conclure sur ce thème, le président a informé l’assemblée que pour répondre à l’invitation du collectif des verts, le groupement allait organiser une rencontre qui sera l’occasion de dialoguer.

La dernière partie de la soirée fut consacrée à la sauvegarde du patrimoine et de l’environnement, le rappel du magnifique travail de l’AAPPMA, société de pêche de Saugues qui consiste à réhabiliter les anciens biefs des moulins à eau et la défense du chemin de la compagnie pour laquelle un film a été tourné, le tout prochainement sur le site.

Le président a tenu à rappeler que chacun devait être prêt à se mobiliser, de prochaines manifestations sont prévues, près de 3000 pétitions pour le droit de circuler sur les chemins et sentiers ont été signées et d’autres sont attendues. De nouvelles associations vont prochainement adhérer au groupement.

Contact avec les naturalistes

Nous sollicitons les associations naturalistes de la Haute Loire pour une réunion sur le thème du respect de l’environnement.

Réunion interdépartementale

Mise en commun et cohérence de la mobilisation sur le thème de la défense du droit de circuler sur les chemins et sentiers sur le plan régional. Création d’un groupe d’action.

Réunion - le 12/01/2006

Organisée par Chemins Libres Auvergnat à Auzon le vendredi 13 janvier sur le thème de la circulaire « Olin »

Parole d'homme, Eveil du 15 01 06

Mr Bertholet, Président du comité départemental de la randonnée pédestre, guide de plus d'un millier de randonnées depuis 1971, venu de Paris pour résider en Haute-Loire depuis 1973, fédère quelques 650 licenciés dans douze associations. Un homme d'expérience dont la parole reconnue et lucide fait fondre bien des préjugés!
Extrait d'un article à lire dans son entier. « Je ne peux que me féliciter de voir parfois des pratiquants d’engins motorisés débroussailler des chemins. »

Récompense nationale pour l'AAPMA de Saugues

Magnifique travail de l’AAPPMA, société de pêche de Saugues qui consiste à réhabiliter les anciens biefs des moulins à eau et la défense du chemin.

Réunion avec les naturalistes le 23/01/2006 -

Après s’être vu rejetée la proposition d’une réunion avec le collectif vert et associations naturalistes, nous leur avons proposé une rencontre ce samedi 28 janvier, nous essuyons un deuxième refus : « Fédération de protection de la nature Haute -Loire est au regret de décliner cette invitation étant déjà engagé par ailleurs ».(sic!)

Après Fédération deProtection Nature Haute Loire, Sos Loire vivante nous fait part de son indisponibilité pour la rencontre prévue samedi 28. La réunion est donc annulée


Merci Monsieur le Maire - le 31/01/2006

Monsieur Philippe Delabre, Maire de St Front répond aux journalistes sur le problème posé par Natura 2000, les élus et les agriculteurs faisant blocage: « Le document d’objectifs final ne correspondait pas aux orientations convenues lors des concertaions, il n’a jamais été validé sur le Mezenc, ma crainte c’est que demain on ne puisse plus faire de VTT, de quad, de moto sur le mézenc ou que les chasseurs ne puissent plus assouvir leur passion. »

FEVRIER

Rencontre avec Mr Vissac

Une partie des membres du conseil a rencontré Mr Vissac, Maire de Langeac et Président du SMAT. Celui-ci nous promet un réunion d’information sur le PNR pour Avril.

Compte rendu de réunion à Saugues - Vendredi 10 février:

Notre groupement, invité par l'association des acteurs indépendants de la vie économique et sociale locale de Saugues dans le cadre d'une réunion publique d'information, intervenait sur les différents projets environnementaux sur le Pays de Saugues :
Natura 2000, réserve naturelle et parc naturel régional

Face à un auditoire d’une centaine de personnes, répondant aux questions
« Quels sont les espaces et milieux concernés par les projets environnementaux ?
Quels types de mesures et quels impacts sur les activités économiques, forestières et agricoles, de loisirs et de vie rurale ?
Quels financements, qui décide de quoi et comment ?
Quelle législation et quelle réglementation pour l’avenir ? », Mr Beaud démontrait l’existence d’une nouvelle gestion du territoire. En faisant état des différents zonages environnementaux et des mesures qu’ils imposent, un avis critique et circonstancié sur l’avenir des activités industrielles se traduisait par la question posée « pensez-vous, compte tenu du poids des mesures environnementales, que nos industries Recticel, classé SEVESO2, ou PEM, faisant du dêpot électrolytique, viendraient s’implanter chez nous aujourd’hui ? ». La deuxième question assombrissait l’ambiance « pensez-vous qu’elles resterons si ce choix s’impose ? »
Selon Mr Beaud, les textes des directives Natura 2000 sont très bien écrits, ils garantissent la prise en compte des intérêts de chacun, le problème réside dans sa mise en œuvre, comme le montre notre sondage des maires traduisant leur sentiment d’être exclus des décisions.
A qui profite la situation ou plutôt qui en tire le plus grand intérêt, la réponse était donnée par la répartition budgétaire montrant la part importante accordé à la gestion, mais aussi celle dédiée aux associations naturalistes qui sont à l’origine des inventaires, des mesures préconisées et du suivi à faire. Où va cet argent ? réflexe auvergnat, la question reste sans réponse puisqu’elle est invérifiable. Il est très difficile, voir impossible d’obtenir des chiffres selon Mr Beaud, l’administration se retranche derrière un texte de loi qui lui donne la liberté de juger s’il est opportun, pour le projet, de donner l’information.
Concernant le projet de parc naturel régional, l’observation du fonctionnement des parcs existants montre de grandes différences. L’exposé des cartes d’implantation géographique, avec 44 parcs actuellement en France et d’autres en projet révèle que l’intérêt touristique rentre en concurrence. « le budget moyen de fonctionnement pour parc naturel régional est de l'ordre de 8 à 11 millions de francs (chiffres 2000). Il est alimenté, toujours en moyenne, à 40% par la Région, 30% par les autres collectivités membres (Départements, Communes).Nos élus doivent y réfléchir, les communes sont souveraines et indépendantes dans le choix d’intégrer ou non le parc, les intérêts sont variables, ce qui est pas adapté pour l’une, peut l’être pour l’autre » soulignait l’intervenant
La réunion s’est terminée autour du pot de l’amitié, parmi les discutions on regrettait certaines absences, Mr Beaud était chaleureusement remercié.

Réunion à Beaulieu vendredi 17 février

Thèmes: Zonage environnemental et loisirs verts. Circulaire Olin, quel impact?

Devant un public nombreux et averti, le GAPPALVVR a expliqué les tenants et les aboutissants des mesures environnementales.

MARS

Réunion de préparation de la manifestation contre la circulaire OLIN SAMEDI 11 MARS 2006.

Photo-maniflepuy-18Mars-1.jpgManifestation du 18 Mars -
Très belle manifestation, nous étions environ 700 personnes et une cinquantaine de véhicules à défiler en tenue de loisirs style 14 juillet. Beaucoup de nouvelles têtes, notamment des chasseurs, vttistes et marcheurs nous ont rejoint. Beaucoup de sollications de la presse écrite,
Interrogé sur l’absence de FR3, ceux-ci ont expliqué qu’il s’agissait d’un choix éditorial. Delà à penser que la presse prend partie... !

Réunion à Blesle - Compte rendu

Le Groupement était invité à présenter le problème posé par la circulaire à l'occasion d'un réunion débat par la communauté de communes de Blesle, charmant village situé dans la vallée de l'Alagnon.

Mr Romeuf, Président de la communauté de communes accueillait les gens à la maire de Blesle, Monsieur Delarbre, vice communauté de communes engageait les débats organisés par Mr François Gaillard.

Inscrite sur le thème de l'usage des chemins, la réunion débuta par la présentation du Directeur du SMAT des topos guides édités et diffusés à un large public. Concernant 2000 kms de chemins, ces topos guides sont financés par l'état, l'europe et les collectivités locales (30%). L'édition, hors coût de réalisation est estimé à 150 000 (Francs) soit 22500€, le retour sur investissement s'effectue en partie sur les recettes de la vente. Les chemins sont l'objet d'un état des lieux à l'intention des communautés qui s'engage à faire les travaux d'entretien. Il est a noté que beaucoup de chemins des topos guides manquent d'entretien, certains itinéraires ne sont plus viables.
La deuxième intervention de Mr Perche, maire de Grenier-Montgon, détailla les caractéristiques réglementaires et juridiques de l'usage des chemins et s'attacha à démontrer la nécessité de partager les chemins et de trouver une harmonie entre les pratiques en rejetant l'exclusion et la guettoisation.

La parole été donnée au GAPPALVVR pour exprimer un point de vue sur les problèmes posés par la circulaire Olin qui définit une nouvelle notion de carrossabilité des chemins sur les voies privées.

En interdisant cet accès, c’est plus de 70% des itinéraires qui sont condamnés par l’embroussaillement, par voie de conséquence, cette situation va provoquer une surfréquentation des GR et PR et son cortège de nuisance et de conflits d’usage et de voisinage.

Cette circulaire efface le remarquable travail éducatif des clubs de randonneurs et pratiquants motorisés de ces dix dernières années, coupe l'accès à la nature pour les gens de la campagne, crée une fracture sociale entre la ville et la campagne par la destination de l'usage des espaces ruraux qu'elle détermine, fait naître des vocations d'irascibles et monter l'intolérance sur tous les fronts, impose une notion de carrosabilité qui n'est pas de votre compétence mais de celle d'un tribunal, incite les agents de l’environnement à la répression et à la discrimination.

Des pistes et des solutions permettant de concilier les différentes pratiques furent proposées par Mr Beaud, Président du GAPPALVVR, notamment le projet de mise en place d’une charte de bonne conduite pour la randonnée motorisée prochainement proposée au Conseil Général et la proposition de servir d’interface entre les pratiquants, pas toujours identifiés, et les communes.

Le débat qui s’en suivit fut riche et divers, chacun montrant ses préoccupations, la très large majorité convenant que nous devions vivre, quelques soient ses pratiques, dans un monde de tolérance et de respect jusqu’alors établit.

Nettoyage par le trial club des crampons -

Dans le cadre des actions d'entretien des chemins, les membres du TRIAL CLUB DES CRAMPONS de St Maurice de Lignon ont mené un nouveau chantier ce dimanche matin.
II faut souligner que depuis 20 ans, le club mène ce type d'action afin d'entretenir les différents chemins autour de la commune ( pour le bonheur de tous les utilisateurs.....)

AVRIL

Courrier aux élus parlementaires du département

Objet: Circulation dans nos campagnes.

Réunion à St Jalles Drôme Baronnies libres -

A l'invitation de l'association Baronnies libres sans parc (http://www.baronnies-libres.info), le GAPPALVVR est intervenu lors d'une conférence débat sur le thème du zonage environnemental et parc naturel régional, associé, pour l'occasion, au Président de la fédération Ovine des Alpes en proie au problème posé par les loups et écologistes radicaux.

Devant un public nombreux, un tableau de la situation vécue par les régions des Alpes, du Vercors et de l'auvergne montre l'impasse dans laquelle nous engage les processus des parcs et autres zonages environnementaux.
Lors de l'assemblée générale, l'association recevait le soutient clair et démontré du député Hervé Mariton, l'appui efficace de plusieurs maires et conseillers des Baronnies.
Le partage des expériences fait état de problèmes identiques quelque soient les régions et démontre, si besoin en est, que nos revendications sont légitimes et nos révélations sont vraies. Face à ce rouleau compresseur destructeur, notre opposition peut trouver des alliances avec le monde de la chasse, de l’agriculture et plus globalement, avec les gens de la campagne sans pour autant se couper des sympathisants citadins.

Le message devient commun, nous n’acceptons pas de voir s’installer chez nous les idées etl’ingérence des ayatollahs écologistes qui avancent dans l’ombre des parcs et autres zonages environnementaux.

Nous continuerons de vivre dans nos campagnes, nous continuerons d’entretenir nos espaces ruraux, notre nature selon notre expérience et nos convictions. Nous sommes déterminés.


Chemin de la Compagnie - par GG le 20/04/2006 - 09:00

Réunion à Chavaniac-Lafayette samedi 29 Avril à 20h30
sur le thème du Chemin de la Compagnie. Procédures en cours et faits divers.
Présentation de la Journée Chemin de la compagnie 8 Mai. Sauvegardons nos chemins!

Article-de-la-Montagne-Mai-.jpg



JUIN

Retour au combat

Envoi d’une demande de déféré à la Préfecture pour annulation de la délibération de la communauté de communes de Paulhaguet. En commun accord avec l'association de l'ADBP, un deuxième déféré est demandé pour barrer le projet de la route forestière.

Réunion au Ministère de l'écologie et du DD -

Photo-reunion-MEDD-06-2006.jpgA l’initiative de Monsieur le Vice Président du Sénat, Monsieur Gouteyron, une délégation représentative du GAPPALVVR a rencontré Monsieur Bousiges le Directeur de cabinet de Madame la Ministre Nelly Olin assisté de Monsieur Luciani, conseiller technique.

Préalablement nous avions demandé à Monsieur Wauquiez, Député de Haute-Loire, de nous accompagner.

Arrivés au 20 avenue Ségur, nous avons eu l’agréable surprise de découvrir nos deux autres parlementaires associés à notre démarche, Messieurs Boyer, Sénateur et Proriol Député, qu’ils en soient remerciés.

Monsieur Bousiges entame la réunion en soulignant ce front uni (notre cher département représenté par ses 4 parlementaires donne fière allure à cette rencontre !) lui rappelant le temps où il était Préfet de Haute-Loire. La beauté et la nature préservée, l’amabilité et la vérité des Altigériens sont quelques uns des éléments significatifs de la Haute-Loire dont Monsieur le Directeur se souvient.

L’inadaptabilité de la politique du MEDD et les effets inacceptables engendrés au regard des spécificités locales étaient à l’ordre du jour.

Le GAPPALVVR, par le témoignage de son Président, a dressé un constat sur la situation en montrant le processus d’éradication dont nous sommes victimes, en désignant les acteurs, en dénonçant leurs méthodes et leurs comportements, en soulignant leurs alliances et leurs stratégies. Nous avons affaire à des gens qui cultivent le mensonge et les amalgames pour s’en nourrir, qui se donnent le rôle de procureur, qui utilisent l’injure et la diffamation allant jusqu'à nous traiter de xénophobes et de pédophile ! En s’appuyant sur une base associative et sur une organisation en réseau, ils se donnent un pouvoir en interprétant les textes, en menaçant à tour de rôle les élus, la préfecture et autres, en harcèlant les administrations, en les infiltrant à tous les niveaux et dans de nombreux services. Ce sont des mystificateurs qui se placent comme les seuls protecteurs de l’environnement en manipulant l’information et les données scientifiques, en s’auto proclamant expert environnemental, le plus souvent incapables d’amener des éléments factuels ou tangibles. Ces associations perfides prônent la concertation et refusent la conciliation, manipulent les bonnes âmes en jouant sur la corde sensible de la vie, ici celle de son environnement. Ces gens ont un but et des ambitions inavouées, celle de prendre le pouvoir autrement puisque les urnes ne le leur permettent pas.

Après cet exposé démonstratif incontesté et appuyé par d’autres témoignages des présents autour de la table,

Monsieur Bousiges est intervenu pour parler dans un premier temps, du contexte difficile de la gestion environnementale et de la réticence à mettre en place les PDIRM (seul le département de l’Aude est engagé véritablement dans le processus !), puis ensuite pour aborder le manque de pédagogie et le problème engendré par la répression, notamment le montant des amendes infligées.

Monsieur le Directeur s’est dit informé de la situation en Haute-Loire et connaît la force et le poids des personnes que nous représentons ainsi que ceux de nos détracteurs précisant notamment que l’exigence environnementale Natura 2000 est de concilier la vie et les pratiques.

En complément, Monsieur Gouteyron a demandé de veiller à un juste équilibre dans les commissions,Monsieur Proriol a précisé le danger que représentent les Ayatollahs dans les négociations et Monsieur Boyer a témoigné en faveur de la cohabitation des pratiques de loisir . Ensuite Monsieur Wauquiez à demandé à ce que soit rappelée la stricte mission des administrations et a fini par deux démonstrations, celle de la sanctuarisation provoquée par la circulaire et de celle de la caractérisation inappropriée de la carrosabilité pour les chemins des régions comme la notre !

Alors Monsieur Luciani a accusé les défenseurs des randonnées motorisées (codever) d’être responsable de la notion de carrosabilité telle qu’elle est perçue aujourd’hui (sic !) ce qui provoqua un tollé général de l’ensemble de notre délégation ! Il enchaîna ensuite avec un (trop) long exposé sur la notion de jurisprudence et la relecture des textes de la circulaire jusqu'à ce que notre juriste le ramène au silence en lui rappelant de mémoire des derniers jugements et les conséquences de l’interprétation des agents de l’environnement.

Nous avons ensuite exposé l’historique des pratiques depuis 30 ans sur notre territoire, l’impact économique et l’absence de conflit d’usage des chemins dans notre département, Messieurs les parlementaires et Monsieur l’ancien Préfet le confirmant. Cette situation pérenne doit pouvoir s’intégrer dans le principe de la loi et les PDIRM ne le permettent pas ! Cet antagonisme nous amène au devoir de réflexion.

Quoiqu’il en soit, nous avons insisté sur l’impossibilité des PDIRM en démontrant l’antériorité à lever et la conditionnalité à fixer.

Nous avons rappelé les propos tenus sur RMC que nous trouvons dangereux « si Madame la Ministre dit à chacun son chemin, alors attention, car nous pouvons dire à chacun sa région ou à chacun son département ! » Pour finir, le groupement s’est positionné comme le porte parole d’un mode rural laissé à l’abandon à qui on veut enlever le pouvoir de gestion de ses territoires « cette circulaire dépasse la pratique de la randonnée motorisée, elle coupe l’accès à la campagne en créant de vaste territoire ou l’homme n’a plus sa place, cette circulaire catalyse la colère des campagnes comme le montre l’ensemble des sympathies que nous avons reçues ».

Accompagnés sur le perron du ministère (certainement pour faire honneur à nos parlementaires) nous avons remercié Monsieur Bousiges pour sa réelle écoute attentive à nos propos.

Participation aux assises du Codever à Brioude

Présentation du projet de proposition de loi, participation aux travaux.

Visite au Conseil Général

Mercredi 21 juin, nous avons rencontré le directeur du Conseil Général, Monsieur Figuier, pour lui faire part de nos interrogations sur les positions et orientations en matière de gestion des loisirs verts sur le département.
Monsieur le directeur nous a dit gérer au mieux les intérêts contradictoires (!) en recherchant les terrains d'entente, c'est la raison pour laquelle nous serons prochainement associés à la CDESI (commission départementale des espaces, sites et itinéraires).
Nous avons fait part d’une inquiétude liée à l’impartialité de la fonction et des missions assignées à certaines personnes en charges de représenter le CG en commission, point sur lequel Monsieur Figuier convenait du constat révélant une faute de personne.

Nous avons demandé à rencontrer Monsieur le Président du Conseil, argumentant sur le fait qu’il est le seul élus manquant à nos entretiens.

La rencontre s’est terminée avec l’assurance d’une collaboration dans l’échange des informations concernant les pratiques et sur la volonté d’élaboration d’un guide des bonnes pratiques.

Chemin de la Compagnie -

Vendredi 23 juin, nous avons rencontré Monsieur le Sous-Préfet de Brioude Hugues Malecki pour lui annoncer notre intention de recourir en justice dans l'affaire du chemin de la compagnie. En rappelant les points d'illégalité qui entache le dossier, notamment les délibérations du conseil de la communauté de communes du pays de Paulhaguet, nous avons expliqué les raisons de notre démarche et montré le soutien qui nous accompagne.
Monsieur le Sous-Préfet nous a fait l'honneur de nous entendre d'une oreille


Rencontres entre randonneurs. -

Notre première rencontre avec Monsieur Bertholet le 26 juin dernier à été l'occasion d'établir un vrai contact.Notre délégation constituée de messieurs Perret, Romeuf, Galland, Bongiraud et Beaud a été fort aimablement accueillit par le Président et le vice Président du Comité de randonnée pédestre. Dès le début, c’est instauré un discours franc et courtois qui a permis à chacun d’apporter un point de vue sur la pratique des chemins dans le département. Le constat, de l’avis de tous, est positif. Pas de problème majeur évident, les randonneurs pédestres sont particulièrement sensible à la courtoisie des randonneurs motorisés qui stoppent leur véhicule et qui quittent leur casque pour converser. Si certains tronçons sont endommagés par les pratiques de la randonnée motorisée, l’état général des chemins est bon dans notre

Visite au Conseil Général

En guise de conclusion, des orientations ont été définies :

-élaborer un guide des bonnes pratiques pour l’ensemble des loisirs verts

-Informer sur les calendriers des manifestations (rando, chasse, etc)

Inciter à la périodicité et à la diversité de l’usage.

JUILLET

Proposition de loi

Le GAPPALVVR prépare un nouveau texte qui permettrait de résoudre les problèmes d’interprétation posés par la circulaire Olin et de non respect du droit.

AOUT

Terrible le 14/08/2006

Décés du jeune quadeur originaire de Haute-Loire .

Grégory était un amoureux de la nature, ses parents origine de Haute-Loire qui possèdent une maison à Langeac sont éffondrés. Comment ne pas l'être quand on connaît les circonsances de l'accident!
Une chaîne rouillée (invisible) tendue à 30 centimètres de hauteur et des panneaux quasiment inexistants aux dires des gendarmes, placés, on n'y croit pas! à 4 mètres de hauteur. Un vrai piège!

Grégory est la 7 ème personne décédé dans des circonstances semblables depuis 1992.
Personne n’a le droit de mettre en danger la vie d’autrui, y compris sur un chemin privé. En outre, alors que des faits de ce type restaient rares, on assiste à une recrudescence des actes de malveillance –ou d’une funeste stupidité - depuis la publication de la circulaire Olin en septembre 2005.

Décès du jeune quadeur originaire de Haute-Loire .

Grégory était un amoureux de la nature, ses parents origine de Haute-Loire qui possèdent une maison à Langeac sont éffondrés. Comment ne pas l'être quand on connaît les circonstances de l'accident!
Une chaîne rouillée (invisible) tendue à 30 centimètres de hauteur et des panneaux quasiment inexistants aux dires des gendarmes, placés, on n'y croit pas! à 4 mètres de hauteur. Un vrai piège!
Grégory est la 7 ème personne décédé dans des circonstances semblables depuis 1992.
Personne n’a le droit de mettre en danger la vie d’autrui, y compris sur un chemin privé. En outre, alors que des faits de ce type restaient rares, on assiste à une recrudescence des actes de malveillance –ou d’une funeste stupidité - depuis la publication de la circulaire Olin en septembre 2005.
Alors comment ne pas condamner la politique de la DIREN qui insiste les propriétaires à barrer leur chemin, se moquant des précautions élémentaires et des risques engendrés?

Rendez vous à Vergezac -

Les 8, 9 et 10 septembre la commune de Vergezac, située aux portes du Puy-en-Velay, a accueillit la 53ème finale nationale de labour. 22 concurrents, issus de 11 régions françaises différentes, durant ces 3 jours.Aide au collectif contre le Parc Naturel Régional Margeride Haut Allier (CPNR)
Présents sur place,nous avons distribué 12000 tracts !

SEPTEMBRE

Rencontre de parlementaire : Mr le Député Wauquiez

Rencontre de Mr Vigier Vice Président du Conseil Général

Adieu chemin le 27/09/2006

Rien n'est pire que la bétise, la fierté imbécile appelle la correction!

Nouvelles du front par F B

Mercredi 14/09...un bulldozer trace à travers bois pour rejoindre le chemin de la compagnie..le carnage est énorme! Dimanche 24...la forestière est proche du terrain des Facy (qui ne sont pas encore indemnisés!)...nous posons un panneau pour leur interdir l'accès...ils ne leur reste plus que 100 mètres à parcourir...et leur intention n'est certainement pas de s'arrêter là!! Lundi 25...au matin, le bull se retrouve confronté au panneau ...

Di Giambattista rapplique avec ses acolytes, (hips!)...fin de journée, le bull finit les 100 mètres et s'arrête au panneau Nous décidons alors une mobilisation pour le lendemain... mardi 26..7h30 du mat'....nous sommes donc six reunis pour défendre le petit bois qui sépare le chemin de la forestière!.

.le bull arrive accompagné d'une pelleteuse!!.. Les machines s'activent devant nous..ravageant un petit sentier de travers et taillant en pièce les quelques arbres qui restaient là...au bout d'une demi-heure ,les ouvriers bien gênés par notre présence,et certainement à court d'idées pour s'occuper ..stoppent le travail..(mais pas les moteurs!)..ils discutent entre eux et restent à distance Après 1h de gazoil distillé dans l'atmosphère,une petite troupe se présente face à nous : deux gendarmes, les maires Di Giambattista ,Fraisse et Ludon,un roquet de L'ONF et deux trois autres inconnus.... <> précisons-nous aux gendarmes!...<> nous demande le plus gradé..document à l'appui,nous leur précisons l'illégalité d'une éventuelle traversée du terrain des Facy!...et qu'un référé suspensif était en cours ..à chacun de prendre ses responsabilités!...

Photo-218.jpgBattista joue alors son rôle préféré! celui de l'incompris!<>... Voilà,après nous avoir noyé sous l'hypocrisie...et quelques regards échangés qui en disaient long sur la haine des deux partis..chacun est rentré chez soit!

Nous sommes allés boire un coup chez Madame Facy pour fêter notre petite victoire! Mardi ,15h30....le bull et la pelleteuse descendent la colline de Pouzols....Battista à contourné le problème en contournant le terrain des Facy...il attaque le chemin par le milieu ...et là ,il n'y aura plus personne pour l'arrêter...

Photo-211.jpgTout n'est pas fini! - le 30/09/2006

Dernière nouveauté!
Aprés avoir encaissé le revers du référé suspensif, nous aurions pu croire que la dernière carte était joué. Mardi, nous avons appris que nous étions débouté. Aprés avoir passé une partie de la soirée (et plus) à relire le droit administratif et les particularités de la jurisprudence, nous avons rédigé un deuxième référé suspensif envoyé en express mercredi matin.
Bonne nouvelle, le nouveau référé n'a pas été débouté, donc tout n'est pas fini!

OCTOBRE :

Défense de quadeurs verbalisés sur un chemin cadastré et parfaitement carrossable par un gendarme zélé du Monastier sur Gazeille (aujourd’hui muté). Affaire classée sans suite.

Rencontre des parlementaires Mrs les Sénateurs Boyer et Gouteyron

Organisation d’un réunion nationale au Puy en Velay le 28 octobre sur le thème de la circulation des engins motorisés dans les espaces naturels avec les responsables des fédérations et fédératrices des pratiques ainsi qu’aux professionnels

Chemin de la compagnie verdict :

Nous avons était condamné dans le recours contre la communauté de communes de Paulhaguet à 500 € pour frais de dossier. Le tribunal administratif n’a pas jugé que notre requête était fondée. Comme vous le savez, une décision d’un tribunal ne se discute pas ! Le recours en cassation nous aurait peut-être donné raison, notre budget ne nous permet pas de continuer, quel gâchis !Que font les associations naturalistes ? Elles constatent les dégâts en se frottant les mains songeant déjà aux subventions qu’elles percevront dans le cadre des compensations allouées.

Merci à l’ADBP pour son aide et sa participation financière

NOVEMBRE :

Réunion du GAPPALVVR

Compte rendu de la réunion au Ministère de l’écologie avec nos 4 parlementaires

Les projets en cours (Guide, recours, etc)

Compte rendu de l’année écoulé (bilan moral et financier, etc )

Rencontre de Mr le Préfet

Lundi 13 novembre nous avons rencontré Mr le Préfet au sujet du chemin de la compagnie et des problèmes posés par les choix et décisions de la communauté de communes de Paulhaguet.
Celui-ci nous a écouté avec attention sans toutefois chercher à nous leurrer avec un discours démagogique. Après notre exposé des cas répétés d'illégalité et de méthodes peu démocrates, monsieur le préfet nous a clairement dit que le rôle de ses services n'était pas de juger de l'opportunité des démarches mais de leur légalité, et qu'en la matière, la notion d'illégalité était souvent liée à une interprétation du droit et très difficile à démontrer, plus particulièrement dans le cas d'un recours en référé. Cela dit, le jugement sur le fond subsiste et reste à l'ordre du jour.
Le rôle que nous jouons, associations engagées dans cette affaire, est celui de révélateur des dysfonctionnements de la vie et de la gestion des communes, nous sommes les clignotants mais pas les gardes fous!
Rencontre de parlementaire Mr le Député Proriol

DECEMBRE

Réunion nationale de présentation de la proposition de loi à Troyes

Réunion nationale de présentation de la proposition de loi à Ribaute prés de Lézignan Corbières

Réunion nationale de présentation de la proposition de loi à Limoges

Réunion nationale de présentation de la proposition de loi à Sénas

Intervention à la réunion de la ligue d’Auvergne (FFM) au Puy en Velay.


Date de création : 27/01/2007 - 18:57
Dernière modification : 27/01/2007 - 18:59
Catégorie : Historique
Page lue 2237 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^