ADHESION!!

Le GAPPALVVR en bref

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
674 Abonnés

Pour en savoir plus
+  Présentation de l'association
+ Loisirs et vie rurale en Haute Loire
 -  La problèmatique environnementale
+ Le système environnemental
+ Espaces Naturels Sensible

Nos activités
+  Historique
+ Protection du patrimoine
+ Prévention des activités
+ Front de Liberation des Chemins et sentiers
+ balade

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne


Les bases des mesures environnementales

Pour ne pas être dénoncées arbitraires ou imposées dans le cas de Natura, les mesures environnementales s’appuient sur des études et ou des inventaires qui déterminent la présence ou non des espèces. Ces listes sont rarement circonscrites à un espace parfaitement déterminé, relevant de l’impossible, ces inventaires sont souvent des estimations qui s’appuient sur une observation faite en temps et heure. La viabilité de ces données repose sur de nombreuses hypothèses dont la véracité n’est jamais démontrée. Cela explique, peut-être, pourquoi il si difficile de se procurer ces listes d’inventaires, que se soit auprès des auteurs ou de leur maître d’œuvre. Rien n’étant fixe ou figé dans la nature, la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain, la complétude, la véracité de ces inventaires sont souvent remis en cause, parfois même par leurs auteurs.

Ainsi, le zonage s’arrête en limite des agglomérations, épargne de manière significative certaines régions industrialisées, ou s’étale avec zèle dans les « coins reculés ».

Négliger l’importance de ces listes d’espèces est une grave erreur car elles sont le fondement et le préalable des mesures environnementales. Comment s’assurer par la suite de l’efficacité de ces mesures si les données de départ sont erronées ? Comment s’assurer du bien fondé des mesures, de la bonne gestion des subventions dédiées et de l’honnêteté des dépenses engendrées ? Beaucoup de doutes subsistent, notamment lorsque les auteurs, ou commanditaires, de ces inventaires sont aussi les auteurs, les responsables du contrôle et du suivi de ces mesures !

La légitimité de ces inventaires repose sur le principe de prévention qui consiste à légitimer à priori, sur un constat fait par des spécialistes de l’environnement (ou déclarés comme tels, voir ci-dessus) qui devient incontestable et incontesté parce qu’impossible à vérifier.

L’absence d’intégration sociétale de la démarche environnementale se vérifie alors par la contestation qu’engendrent les inventaires suspicieux.


Date de création : 28/01/2005 - 10:05
Dernière modification : 30/01/2005 - 18:07
Catégorie : La problèmatique environnementale
Page lue 2457 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^